Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Financement de l'exil de Carles Puigdemont : vaste opération de la Guardia Civil chez les indépendantistes

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Plusieurs hommes d'affaire et élus proches des milieux indépendantistes catalans ont été arrêtés ce mercredi matin, lors d'une opération de la Guardia Civil en Catalogne. Ils sont accusés d'avoir participé au financement illégal de l'exil de Carles Puigdemont en Belgique avec des fonds publics.

C'est la Guardia Civil de Barcelone qui a mené cette opération de grande ampleur
C'est la Guardia Civil de Barcelone qui a mené cette opération de grande ampleur © Radio France - Sébastien Berriot

Une vaste opération de la Guardia Civil était toujours en cours ce mercredi matin  en Catalogne dans les milieux indépendantistes catalans. L’opération se déroule dans plusieurs villes, dans les provinces de Barcelone et Gérone. Selon le site internet de la télévision publique catalane, elle a été ordonnée par le tribunal d'instruction de Barcelone dans le cadre d’une enquête ouverte en 2019 sur des faits présumés de corruption, blanchiment d'argent et détournement de fonds publics, visant notamment l'entourage de l'ancien président régional  et leader catalan Carles Puigdemont. 

De l'argent illégal pour renflouer les caisses de Puigdemont?

Selon le journal La Vanguardia, plusieurs centaines d'agents de la Guardia civil sont mobilisés pour mener cette opération qui vise à interpeller une trentaine de personnes, des chefs d'entreprise mais aussi quelques élus locaux proches des partis indépendantistes Junts Per  Catalunya et ERC (gauche républicaine). Toutes ces personnes sont accusées d’avoir profité de leurs relations avec les dirigeants catalans pour obtenir des subventions. La justice cherche à savoir si l'argent a ensuite été détourné pour financer illégalement  le séjour en exil de Carles Puigdemont en Belgique. 

Selon le dossier d'instruction qui a été révélé par la presse catalane, Carles Puigdemont, à court d'argent, aurait demandé à recevoir des fonds pour financer ses activités personnelles en Belgique. C'est dans ce cadre que la justice espagnole enquête sur des transferts d'argent public, totalement illégaux, Carles Puigdemont n'ayant plus de fonctions officielles. Toujours selon le dossier d'instruction, les sommes détournées proviendraient d'une subvention de la Députation de Barcelone destinée à la coopération internationale et porteraient sur plusieurs centaines de milliers d'euros.

Une opération de spectacle pour Artur Mas

Parmi les personnes arrêtées figure Josep Lluís Alay qui dirige le bureau de Carles Puigdemont, mais aussi les hommes d'affaires David Madí et Oriol Soler. L'opération de grande ampleur de la Guardia Civil a provoqué de vives réactions dans le camp indépendantiste, l'ancien président Artur Mas dénonçant une opération de spectacle, le président du parlement catalan Roger Torrent accusant lui la justice espagnole de vouloir criminaliser l'indépendance. Depuis la Belgique, Carles Puigdemont, a exprimé son soutien aux personnes arrêtées, estimant qu'avec cette opération, l'Espagne avait pour objectif "la mort politique et civile de l'indépendantisme".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess