Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Ces Anglais de la Creuse qui veulent devenir Français depuis le Brexit

mercredi 29 mars 2017 à 19:39 Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse et France Bleu

La Première ministre britannique a lancé la procédure pour quitter l'Union européenne ce mercredi au grand désespoir des nombreux Anglais installés en Creuse. La plupart avait voté contre le Brexit et aujourd'hui, beaucoup font les démarches pour obtenir la double nationalité.

Les drapeaux britannique et français
Les drapeaux britannique et français © Maxppp - Philippe Turpin

Creuse, France

David Johnson est installé en France depuis 35 ans : "j'ai été kidnappé par une Française", glisse dans un sourire et avec son délicieux accent anglais ce jeune homme de 64 ans, "nos quatre enfants sont nés en France, ils sont tous Français." Du référendum sur la sortie de l'UE il y a neuf mois, il se souvient encore de sa réaction : "j'étais horrifié ! Quelle idiotie !" Et c'est depuis ce jour que cet Anglais installé à Dun-le-Palestel a décidé de faire les démarches pour obtenir la double nationalité. "C'est ce vote qui a tout déclenché mais les formalités prennent du temps, je ne suis pas encore naturalisé".

Impliqué dans la vie locale au sein de l'association franco-britannique L'Entente Cordiale, David Johnson connaît de nombreux compatriotes prêts à franchir le pas comme lui. C'est le cas de Steve Martindale : arrivé en France il y a 12 ans, il vit à Saint-Yrieix-les-Bois, "je me suis marié en Creuse, mes trois enfants sont nés en Creuse et je m'interroge, je vais peut-être aussi demander à devenir français." Mais cet ancien informaticien qui édite un journal anglophone à destination de la communauté britannique, The Bugle, craint le résultat de l'élection présidentielle française.

"J'ai peur d'une victoire de Marine Le Pen, elle veut supprimer la double nationalité"

"J'ai peur d'une victoire de Marine Le Pen car elle veut supprimer la double nationalité extra européenne, on n'aurait plus le droit d'être franco-britannique si le Royaume-Uni quittait l'Europe", explique Steve, "mais bon, c'est le peuple français qui décidera". Inquiète, Maggie Everton l'est aussi : cette Écossaise a acheté une maison à Saint-Sébastien il y a 7 ans avec son mari, "c'est beaucoup moins cher qu'en Écosse !", et elle a été élue conseillère municipale à la mairie en 2014, "avec le Brexit, je n'aurai plus le droit d'occuper ce poste... Seuls les ressortissants des pays de l'UE peuvent être candidats aux élections locales."

Cette retraité de 62 ans souhaite désormais l'indépendance de l’Écosse : "je ne veux pas rester dans le Royaume-Uni si le Royaume-Uni quitte l'Europe et puis je ne me sens pas britannique, je suis écossaise et je suis européenne... Et pourtant, je n'étais pas pour l'indépendance avant le Brexit, je ne suis pas une nationaliste", regrette Maggie, "et si l'Angleterre refuse l'indépendance à l’Écosse, je ferai les démarches pour devenir française car je veux rester européenne."

Pour ces retraités pourtant, le choix de rester en France n'est pas forcément le meilleur. Si la livre sterling diminue face à l'euro, le taux de change réduira leur pension, "on va y laisser des plumes !", résume David Johnson, "mais bon c'est le vie" (sic) !