International

Chine : La bétonisation d'une portion de la Grande muraille provoque l'indignation

Par Géraldine Houdayer, France Bleu vendredi 23 septembre 2016 à 18:43

Cette portion de la Grande muraille a été recouverte d'une chape de ciment.
Cette portion de la Grande muraille a été recouverte d'une chape de ciment. © Maxppp - Featurechina

C'est une rénovation surprenante : les tours et les pierres d'une portion de la Grande muraille de Chine ont été remplacées par une chape de ciment, défigurant le chef d'oeuvre. L'indignation est très vive en Chine.

La restauration pour le moins surprenante d'une portion de la Grande muraille de Chine, entièrement recouverte d'une épaisse chape de ciment gris, suscite, ce vendredi 23 septembre, une vive indignation en Chine. Les internautes et plusieurs médias dénoncent la défiguration d'un monument emblématique. La section de Xiaohekou, longue de 8 km et située dans la province du Liaoning, dans le Nord-est, a été édifiée en 1381 sous la dynastie des Ming. Elle était considérée comme l'une des plus belles parties de la Grande muraille "sauvage", c'est-à-dire les tronçons où elle est écroulée et non restaurée.

"On dirait l'oeuvre de gens qui n'ont même pas terminé l'école primaire !" un internaute chinois

Mais selon des clichés postés en ligne, les marches inégales et la crête de pierres croulantes ont été remplacés par un "chemin" d'un gris blanchâtre, qui est une épaisse couche de ciment recouvrant toute la largeur du mur. "On dirait l'oeuvre de gens qui n'ont même pas terminé l'école primaire ! Au vu du résultat, autant faire exploser tout ça", raille un usager de la plateforme de microblogs Weibo, l'équivalent chinois de Twitter. "Pourquoi ne pas raser la Cité interdite à Pékin, tant qu'on y est?", ajoute un autre internaute.

Même Ding Hui, directeur adjoint du département de la culture de la province du Liaoning, l'admet : "Cette "consolidation aboutit à "uelque chose de vraiment très laid, a-t-il déclaré à la télévision d'Etat CCTV. Ces travaux de restauration ont été menés entre 2012 et 2014, à la suite d'inondations, et afin de préserver l'ouvrage, a expliqué dans un communiqué l'Administration nationale du patrimoine historique, en réponse à l'indignation générale. L'organisme a ouvert une enquête sur ces travaux, promettant de traiter sévèrement les éventuels fautifs.

Une enquête ouverte sur ces travaux

Même si le chantier avait été achevé il y a plus de deux ans, ce n'est que ces derniers jours que des photos du site sont devenues virales sur le web chinois, poussant les médias d'Etat chinois à s'emparer du sujet, CCTV fustigeant même une "restauration dévastatrice". Des villageois habitant près de Xiaohekou ont également réagi, déplorant que le nombre des touristes visitant les lieux ait chuté depuis les travaux de restauration.

Partager sur :