Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Contrats, nucléaire, Hong Kong, IGP, Astérix... ce qu'il faut retenir de la visite d'Emmanuel Macron en Chine

-
Par , France Bleu

Emmanuel Macron a achevé mercredi à Pékin une visite de trois jours en Chine, où il a été reçu en grande pompe par son homologue Xi Jinping avant la signature d'une quarantaine d'accords et de contrats. Par ailleurs, le président français a fait part de ses "préoccupations" concernant Hong Kong.

Le président Emmanuel Macron et son homologue chinois Xi Jinping
Le président Emmanuel Macron et son homologue chinois Xi Jinping © AFP - Ludovic MARIN

Emmanuel Macron et Xi Jinping ont affiché leur entente mercredi au dernier jour de la visite du président français en Chine, faisant front commun pour défendre l'accord de Paris sur le climat

Mais ce dernier a pris le risque de froisser son hôte en évoquant les manifestations à Hong Kong.

Entente affichée

Le président français a quitté Pékin pour Paris en fin de journée au terme de sa deuxième visite en deux ans, durant laquelle il a affiché sa proximité avec son homologue chinois Xi Jinping. Notamment à Shanghai, où ils ont goûté ensemble du vin et du bœuf français, puis lors d'un dîner privé au clair de lune avec leurs épouses.

Les présidents français et chinois ont réaffirmé à Pékin leur "ferme soutien" à l'accord de 2015 sur le changement climatique, face aux Etats-Unis de Donald Trump qui viennent d'officialiser leur retrait. La Chine est le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre. Après avoir déploré la décision américaine, ils ont tenu à affirmer devant la presse que l'accord était "un processus irréversible". 

La visite du président français, arrivé lundi soir à Shanghai, a été largement placée sous le signe du multilatéralisme et du libre-échange, dans un pays aux prises avec une guerre commerciale lancée par Donald Trump. Les deux présidents ont formalisé leur entente dans un "Appel de Pékin sur la conservation de la biodiversité et le changement climatique", publié à l'issue d'un entretien dans le cadre solennel du Palais du peuple.

Macron a fait part de ses "préoccupations" concernant Hong Kong

Alors que Pékin rejette toute "ingérence étrangère" dans ses affaires intérieures, Emmanuel Macron a assuré avoir évoqué à plusieurs reprises la situation à Hong Kong avec Xi Jinping, après cinq mois de manifestations dans l'ex-colonie britannique. "Nous avons parlé de tous les sujets de manière extrêmement libre", a-t-il affirmé. "J'ai évidemment fait part de nos préoccupations, ce sont aussi celles de l'Europe. Nous avons appelé à plusieurs reprises au dialogue (...) à la retenue, à la désescalade".

Guillaume Canet était du voyage pour Astérix

La visite a aussi été placée sous le signe de la coopération culturelle, avec l'inauguration à Shanghai d'une antenne du Centre Pompidou, la première hors d'Europe.

Dans la délégation présidentielle, l'acteur et cinéaste Guillaume Canet a cherché à obtenir l'autorisation de tourner le prochain opus d'un célèbre Gaulois au pied de la Grande muraille. "Astérix va connaître les routes de la soie et permettre de partager nos imaginaires les plus populaires", s'est félicité Emmanuel Macron.

Quant à la Grande muraille, elle verra s'élever, à l'endroit où elle rejoint la mer, une version chinoise du parc d'attraction français Puy-du-Fou.

Les principaux accords signés lors de cette visite

Du foie gras, en passant par le nucléaire et... la confiture : après le commande de 300 appareils obtenus par Airbus en mars dernier, voici une liste des principaux accords signés lors de la visite de trois jours en Chine du président français Emmanuel Macron, qui s'est achevé mercredi.

Au total, selon Pékin, le montant de ces "documents de coopération" dans les domaines de l'aéronautique, des énergies "propres", de l'agroalimentaire, de la finance et de l'électricité, s'élève à 15,1 milliards de dollars. L'Elysée n'a de son côté pas souhaité fournir de montant.

Indications Géographiques Protégées (IGP)

Annoncé par Emmanuel Macron lundi, un accord entre l’Union européenne et la Chine sur la reconnaissance mutuelle et la protection des indications géographiques protégées (IGP) a été signé. Cet accord permet la reconnaissance de 26 IG françaises.

Sont concernées : Beaujolais, Bordeaux, Champagne, Graves (Graves de Vayres), Médoc, Saint-Emilion, Haut-Médoc, Alsace, Côtes du Rhône, Côtes de Provence, Margaux, Pays d’Oc, Pauillac, Pessac-Léognan, Pomerol, Languedoc (Coteaux du Languedoc), Côtes du Roussillon, Châteauneuf-du-Pape, Calvados, Cognac, Armagnac, Pruneaux d’Agen-Pruneaux d’Agen mi-cuits, Comté, Roquefort et Genièvre - dont l'IG est détenue à la fois par les Pays-Bas, la France et l'Allemagne.

Usine de retraitement de combustible nucléaire en Chine

Négocié depuis plus de 10 ans, le projet de construction d'une usine de traitement de combustibles usés - d'une capacité de 800 tonnes par an - avec le groupe nucléaire français Orano (ex-Areva) a fait l'objet d'un protocole d'entente entre Paris et Pékin.

Par ce protocole - ou Mou -, les deux pays prévoient un accord d'ici le 31 janvier 2020 sur le prix, le site et la "garantie de bonne fin" de ce projet estimé à environ 12 milliards de dollars (11 milliards d’euros).

Agriculture

Très attendu, un accord portant sur l'agrément à l'exportation en Chine de vingt entreprises agroalimentaires françaises (volaille, bovine et porcine, charcuterie) a été signé lors de cette visite. Selon l'Elysée, cet accord concerne 17 entrepôts de viande et 3 établissements de charcuterie. 

Les deux pays ont par ailleurs signé un protocole export pour la semence porcine - au moment où la Chine est touchée par une épizootie de peste porcine - et un autre pour les palmipèdes et le foie gras.

Engie

Un accord de coopération a été signé entre GTT, filiale d'Engie, et Beijing Gas Group dans le cadre du développement d'un terminal et d'un stockage GNL à Tianjin. Le groupe n'a pas précisé le montant de ce contrat. 

Un autre accord a été conclu entre la France et la Chine portant sur une canalisation de 230 km pour acheminer le gaz à Pékin.

Uranium

Un accord de vente d'uranium du groupe nucléaire français Orano (ex-Areva) auprès de China national nuclear corporation (CNNC) a été signé.

Aéronautique et spatial

Un mémorandum de coopération a été signé entre Airbus et la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR), "visant à approfondir la coopération industrielle du groupe aéronautique Airbus en Chine dans les prochaines années", selon l'Elysée.

Une coentreprise a également été constituée entre Safran et AECC en vue d’une commercialisation du moteur d’hélicoptère WZ16, certifié début octobre, en Chine.

Secteur financier 

La Chine a choisi la place de Paris pour sa première émission d'obligations vertes en euros depuis 2004 pour un montant de quatre milliards d'euros. "Je veux saluer votre choix de retenir la place de Paris pour la première émission d'obligations souveraines en euros
depuis 2004, c'est une marque de confiance à l'égard de notre place financière", a estimé Emmanuel Macron.

Un accord final a par ailleurs été trouvé pour la constitution d'un fonds d'investissement entre BNP Paribas et CIC, géré par Eurazeo. Ce fonds, a précisé l'Elysée, investira dans des PME et des ETI en France et en Europe avec "un fort potentiel d'internationalisation,
notamment en Chine".

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu