Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

États-Unis : des colis explosifs envoyés à Barack Obama, Hillary Clinton, d'autres personnalités démocrates et CNN

mercredi 24 octobre 2018 à 17:27 - Mis à jour le mercredi 24 octobre 2018 à 21:12 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Des colis contenant des engins explosifs et destinés à Hillary Clinton et Barack Obama ont été interceptés par les autorités américaines ce mercredi. Plusieurs élus démocrates ont aussi été visés, comme le siège de CNN à New York, évacué. Des figures anti-Trump visées en pleine campagne électorale.

Le bâtiment de la chaîne CNN, à New York, a du être évacué ce mercredi.
Le bâtiment de la chaîne CNN, à New York, a du être évacué ce mercredi. © AFP - TIMOTHY A. CLARY

Hillary Clinton, Barack Obama, George Soros, des élus démocrates et CNN ont tous comme point commun d'avoir été les destinataires de colis suspects, ces derniers jours aux États-Unis. Des colis dont l'origine reste mystérieuse, et qui étaient identifiés comme contenant "des engins explosifs potentiels" par les autorités américaines. Ces événements surviennent alors que les Etats-Unis sont en pleine campagne pour les élections parlementaires du 6 novembre.

Une bombe chez le milliardaire et donateur démocrate George Soros

Tout a commencé lundi. George Soros, financier, milliardaire et donateur démocrate bien connu des Américains, a reçu une bombe artisanale dans sa résidence près de New York. Bouc-émissaire des nationalistes et des complotistes en Europe et aux Etats-Unis, George Soros n'était pas dans sa maison de Bedford lorsque le paquet est arrivé. 

C'est dans la boîte aux lettres de George Soros que le premier engin explosif a été déposé, lundi. - AFP
C'est dans la boîte aux lettres de George Soros que le premier engin explosif a été déposé, lundi. © AFP - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Un employé a ouvert le colis et, voyant qu'il semblait s'agir effectivement d'un engin explosif, l'a emporté dans une zone boisée, où les forces de l'ordre l'ont fait exploser. Le FBI enquête, aucune arrestation n'a eu lieu pour le moment.

Hillary Clinton visée par un colis similaire

Mercredi matin, c'est un colis suspect adressé à Barack Obama qui a été intercepté. Dans le même temps, au cours d'une vérification de routine, le service fédéral chargé de la protection des anciens présidents et de leur famille a découvert un troisième colis suspect. Ce dernier était destiné à Hillary Clinton, ex-secrétaire d'Etat et rivale démocrate malheureuse face à Donald Trump lors de la présidentielle en 2016.

Le bureau new-yorkais de la police fédérale (FBI) a confirmé enquêter sur "un colis suspect retrouvé dans les environs de la résidence des Clinton", située à Chappaqua, à une cinquantaine de kilomètres au nord de New York. Il contenait un engin explosif similaire à celui trouvé chez George Soros.

Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous rassembler" - Hillary Clinton 

Hillary Clinton a déclaré que les États-Unis connaissaient une "période perturbante". "C'est une période de divisions profondes et nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous rassembler", a-t-elle réagi depuis la Floride, où elle devait participer à un événement de la campagne pour les élections de mi-mandat du 6 novembre.

L'antenne de CNN brusquement interrompue

Plus tard dans l'après-midi de ce mercredi, la chaîne de télévision CNN a annoncé que son siège était évacué à New York en raison d'un colis suspect. Les téléspectateurs ont assisté en direct à l'interruption d'une émission, quand a retenti la sonnerie d'alarme imposant l'évacuation des locaux.

La chaîne a indiqué que le paquet avait été adressé spécifiquement à John Brennan, ex-directeur de la CIA qui intervient régulièrement sur CNN et s'est montré critique envers l'administration Trump. Le chef de la police new-yorkaise a confirmé que les forces de l'ordre avaient bien retrouvé chez CNN"ce qui semble être un engin explosif", le colis contenant aussi une "poudre blanche" en cours d'analyse.

Un colis et une fausse alerte chez deux autres élues démocrates 

En fin d'après-midi, la police de Floride a annoncé avoir découvert un cinquième colis, cette fois près du bureau de Debbis Wasserman Schultz, élue au Congrès et ex-présidente du parti démocrate. Ensuite, c'est à San Diego, en Californie, que le bureau d'une sénatrice démocrate a été évacué, après la découverte de "colis suspects" à proximité. Mais il s'agissait, cette fois, d'une fausse alerte. 

Un engin suspect adressé au bureau du gouverneur de New York 

Le gouverneur de New York Andrew Cuomo a également annoncé qu'un engin suspect avait été adressé à son bureau ce mercredi. "Je ne serais pas surpris si d'autres engins apparaissaient" ailleurs, a-t-il ajouté.

Pour Donald Trump, "la violence politique n'a pas sa place aux États-Unis" 

La "violence politique n'a pas sa place aux Etats-Unis", a affirmé Donald Trump ce mercredi. "Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler", a ajouté le Président depuis la Maison Blanche.
"Les actes et les menaces de violence politique de quelque nature que ce soit n'ont pas leur place aux Etats-Unis", a précisé le président américain qui a recours, en campagne, à une rhétorique extrêmement agressive vis-à-vis de ses adversaires politiques. "Nous sommes très en colère", a-t-il ajouté, promettant de "faire toute la lumière" sur cette affaire.

Le maire de New York dénonce "une volonté de terroriser"

Lors d'un point presse, le maire démocrate de New York a évoqué le colis retrouvé à la chaîne CNN et dénoncé une "volonté de terroriser". "Nous traversons une période où les gens ressentent beaucoup de haine dans l'air", a déclaré Bill de Blasio, flanqué du chef de la police new-yorkaise et du gouverneur démocrate de l'Etat de New York. "La période est très douloureuse, mais elle passera", a-t-il ajouté. Il a annoncé un déploiement renforcé de policiers dans la capitale financière américaine.

Des envois probablement coordonnés, pas encore revendiqués 

Personne n'a encore revendiqué l'envoi de ces colis. Mais le responsable du bureau antiterroriste du FBI à New York, Bryan Paarmann, a laissé entendre qu'il s'agissait d'envois coordonnés. "Il semble qu'un ou plusieurs individus ait envoyé plusieurs colis similaires", a-t-il déclaré lors d'un point de presse à New York. Plusieurs responsables ont évoqué le spectre d'un terrorisme politique intra-américain.