International

Consternation et interrogations en Vaucluse après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis

Par Aurélie Lagain et Anne Domece, France Bleu Vaucluse mercredi 9 novembre 2016 à 11:16

Les Américains ont suivi à Avignon les résultats
Les Américains ont suivi à Avignon les résultats © Radio France - Jérémy Marillier

Si les Démocrates de Vaucluse se disent atterrés ce mercredi matin par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, les observateurs se posent beaucoup de questions, notamment quant à l'impact chez nous de ce vote américain.

Par 278 grands électeurs contre 219, le Républicain Donald Trump a remporté l'élection présidentielle aux Etats-Unis. La Démocrate Hillary Clinton a admis dans un coup de fil à son rival, sa défaite ce mercredi matin.

"Reconstruire le rêve américain", Donald Trump

Aussitôt, le président élu a pris la parole devant la foule de son quartier général et les caméras de télévision : "Il est temps pour nous de panser nos blessures. Il est temps pour nous de nous rassembler en tant que nation unie. En travaillant ensemble, nous allons pouvoir nous atteler à la tâche de reconstruire notre nation et de reconstruire le rêve américain".

"Je n'ai pas dormi de la nuit, c'est un grand choc !" Catherine Tate, démocrate

A 7h45, les résultats n'étaient pas définitifs, mais les Américains de Vaucluse ne doutaient déjà plus du résultat. Catherine Tate, qui soutient Hillary Clinton, a suivi la progression des résultats de chez elle, près d'Avignon.

"Je n'ai pas dormi de la nuit ! C'est un grand choc... Je suis extrêmement déçue de mes compatriotes américains... Franchement je ne comprends pas ! C'est vraiment difficile à croire."

Catherine Tate

Des Américains se sont réunis à l'Hôtel d'Europe, établissement de luxe à Avignon, n'y croyant pas trop. Jérémy Marillier était sur place à 8 heures pour France Bleu Vaucluse : "Ici on n'y croit pas vraiment ! Les démocrates sont atterrés, ambiance lugubre ici ! C'est un peu comme dans les cartoons, avec ces personnages qui tirent la langue jusqu'au sol !"

Jérémy Marillier à l'Hôtel d'Europe

"Je suis très inquiète", Poppy Salinger

L'annonce des résultats étaient aussi scrutée depuis le Thor, la Bastide rose de Poppy Salinger, ancienne épouse de Pierre Salinger, proche de JK Kennedy, porte-parole de la Maison Blanche jusqu'en 1964. Elle se dit "très inquiète, c'est un mouvement mondial, il y a un grand problème au niveau de la société, en Europe, aux Etats-Unis."

Poppy Salinger a monté une exposition "Clinton-Trump" dans le musée thorois dédié à l'histoire de son ancien mari. "Il n'y avait aucun candidat qui pouvait l'emporter de façon populaire ! On a déjà eu George Bush junior, qui faisait très très bon effet et qui a été une vraie catastrophe.

Alors peut-être que le monde peut se permettre d'avoir Donald Trump... Je ne suis pas sûre qu'Hillary Clinton aurait pu faire un retournement par rapport à ses propres idées et son agenda."

Poppy Salinger

Alors quelles conséquences pour l'Amérique, l'Europe, le monde ? "Beaucoup de questions" se posent estimait avant l'annonce officielle, Jean-Marc Ayrault, ministre français des affaires étrangères. Il s'inquiètet notamment de l'avenir de l'accord de Paris sur le climat ou de l'accord sur le nucléaire iranien : "Il va falloir essayer de savoir ce que veut faire ce nouveau président. Ce qu'il a dit jusqu'à présent provoque bien des inquiétudes".

"Des répercussions chez nous" - Blandine Chelini-Pont, universitaire

Des questions, mais aussi ce constat. Beaucoup n'ont pas vu, voulu voir venir la montée en puissance du populisme aux Etats-Unis. "Dans la mondialisation, il y a une espèce de décrochage, de monde double : les gagnants de la mondialisation et ceux qui estiment être les perdants", précise Blandine Chelini-Pont, enseignante en histoire contemporaine à l'université d'Aix-Marseille, spécialiste des Etats-Unis.

Elle ajoute : "Vous ajoutez aux Etats-Unis, la confusion de la peur du déclin, de l'immigration, du terrorisme, ça fait un cocktail qui donne ce résultat. En Europe, il est fort possible que ce sentiment de déclassement, cette colère populaire produise ce type de résultat. C'est une vague populiste qui a gagné aux Etats-Unis et il est possible qu'il y ait des répercussions chez nous en Europe et en France en particulier."

Blandine Chelini-Pont