Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la Suisse réfléchit à mettre la France sur liste rouge

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Après la hausse des contaminations dans l'hexagone, la confédération suisse doit se prononcer sur le placement sur liste rouge de la France. Une mesure qui impliquerait une quarantaine de dix jours pour toute personne revenant du territoire français et qui inquiète des deux côtés de la frontière.

La Suisse réfléchit à imposer une quarantaine aux personnes en provenance de France
La Suisse réfléchit à imposer une quarantaine aux personnes en provenance de France © Radio France - William Gay Costa

Les personnes en provenance de France devront-elle respecter une quarantaine de dix jours en Suisse ? C'est une possibilité qui inquiète de plus en plus les 8.000 français qui traversent tous les jours la frontière. La Confédération, face à la plus grande circulation du virus en France, réfléchit à imposer cette mesure.

En effet, la situation de la France inquiète. Le pays a désormais dépassé le seuil d'alerte de 60 cas pour 100.000 habitants fixé par la Suisse., comme le relatent nos confrères de Radio Fréquence Jura.

Réticences des deux côtés

Pour autant, du côté français comme du côté suisse de la frontière, cette possibilité est critiquée. Pierre-Alain Berret, le directeur de la chambre de commerce et d'industrie du Jura a des craintes pour les frontaliers qui travaillent dans la restauration ou dans les établissements de santé. Il réclame des exceptions "qui tiennent compte des réalités économiques des cantons frontaliers".

De son côté, Christian Rayot, le président de la communauté de commune du Sud Territoire dénonce une mesure qui serait très mal perçue et dénuée de bon sens. Il estime que la situation sanitaire en Franche-Comté est nettement meilleure que dans d'autres régions de France et qu'il faudrait en tenir compte. Le Conseil fédéral doit rendre sa décision d'ici la fin de semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess