Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les touristes lorrains bloqués au Costa Rica "persuadés que leur voyage allait être reporté"

Les derniers Lorrains bloqués dans leur hôtel au Costa Rica depuis le 25 janvier ont pu regagner la France dimanche 21 février. Ils étaient régulièrement testés positifs au Covid, ce qui empêchait leur retour. Quatre voyageurs sont toujours hospitalisés là-bas.

Les derniers français confinés à l'hôtel ont pu bénéficier d'une autorisation du Quai d'Orsay pour rentrer en France ( illustration)
Les derniers français confinés à l'hôtel ont pu bénéficier d'une autorisation du Quai d'Orsay pour rentrer en France ( illustration) © Radio France - Philippe Modol

Vingt touristes lorrains se trouvaient bloqués au Costa Rica depuis le 25 janvier, après avoir tous été testés positifs au coronavirus. Après près de trois semaines d'isolement, les derniers voyageurs confinés à l'hôtel ont regagné la France grâce à une dérogation accordée par le Ministère des Affaires étrangères. Quatre personnes sont toujours hospitalisées là-bas.

Trois semaines enfermés dans leur chambre 

Le virus avait circulé parmi les 20 voyageurs, tous contaminés au coronavirus au cours de leur séjour. Parmi les sept hospitalisés : quatre le sont toujours aujourd'hui. Depuis la mi-février, six ont pu rentrer au compte-gouttes vers la France, après qu'ils ont eu un résultat négatif au Covid par test PCR .

On se rend compte depuis peu que les gens peuvent rester positifs très longtemps - Cécile Pérez , agence Couleurs du Monde 

Les dix autres étaient toujours confinés dans leur hôtel, avec ou sans symptômes, dans l'attente que leurs tests redeviennent négatifs. Leur assurance "pandémie" a couvert la plupart de leurs frais sur une période de 14 jours, mais pas au delà : "Les contrats sont basés sur des périodes de confinement classique. On découvre ce genre de situation au fur et à mesure. On se rend compte, depuis peu, que les gens peuvent rester positifs très longtemps. Changer les choses quand on en a pas encore la connaissance, c'est impossible", témoigne Cécile Pérez, responsable de l'agence de voyages qui a organisé leur séjour.

Certificat de non-contamination

Le week-end dernier, ils ont enfin pu regagner la France, pour neuf d'entre eux, grâce à une dérogation accordée par le Ministère des Affaires étrangères, qui les dispense de test PCR négatifs pour prendre l'avion. Un dixième voyageur doit décoller du Costa Rica ce lundi.

Un médecin a pu s'assurer que bien que leur tests apparaissent toujours positifs, ils n'étaient pas contaminants. Ils disposent donc d'un certificat de non-contamination qui a permis de mettre fin à leur calvaire : "C'est la fin du cauchemar pour nous, témoigne Antoine, un habitant d'Hagondange rentré ce dimanche avec son épouse. Je suis complètement à plat, j'ai beaucoup maigri, il va me falloir au moins une bonne semaine pour remonter la pente", explique-t-il.

Jean Louis et son épouse, un couple de messins, ont le même sentiment de vertige mais aussi de colère face à l'ampleur de cette mesaventure : " Je l'ai très mal vécu ", témoigne Jean Louis. Il a notamment souffert des accusations d'irresponsabilité qui ont pu circuler à leur endroit sur les réseaux sociaux.

"Un risque énorme"

Antoine est catégorique : "Nous sommes un groupe de retraités qui avons réservé ce voyage de longue date, à la fin d'année 2020 nous étions persuadés que ce voyage allait être annulé, ou reporté". Peu avant la date du départ, le voyage a été quasiment payé, et le Costa Rica est considéré par le Ministère des Affaires étrangères comme une destination ouverte. Après que ces vacances ont viré au cauchemar, Antoine reste persuadé que la catastrophe aurait pu être évitée : "Partout où on allait se promener au Costa Rica, nous étions les seuls touristes, nous étions seuls partout. Nous n'avons jamais rencontré un autre groupe, seulement quelques touristes isolés. Si tous les circuits 2021 sont annulés, il doit quand même y avoir une raison valable", explique-t-il. Comme d'autres voyageurs du groupe, il estime que l'agence de voyage, en les faisant partir, "a pris un risque énorme". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess