Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Crise politique en Bolivie : le président Evo Morales démissionne

-
Par , France Bleu

Le président bolivien a démissionné dimanche après trois semaines de protestations contre sa réélection. Une foule immense a célébré la nouvelle dans les rues. Evo Morales dénonce un "coup d'Etat".

"Je renonce à mon poste de président", a déclaré à la télévision Evo Morales, le leader indigène de 60 ans.
"Je renonce à mon poste de président", a déclaré à la télévision Evo Morales, le leader indigène de 60 ans. © AFP - Enzo DE LUCA

"Je renonce à mon poste de président", a déclaré à la télévision Evo Morales au pouvoir depuis 2006, au terme d'une journée marquée par de nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ainsi que des démissions en série de ministres et députés. Après trois semaines de protestation en Bolivie, le président a donc cédé à la pression de la rue.

"Nous avons donné une leçon au monde, demain la Bolivie sera un nouveau pays"

Des milliers d'habitants ont célébré l'annonce, agitant le drapeau bolivien entre rires et larmes après la violente vague de contestation au cours de laquelle trois personnes ont été tuées et 383 blessées. "Nous avons donné _une leçon au monde_, demain la Bolivie sera un nouveau pays", s'est exclamé Luis Fernando Camacho, dirigeant le plus visible et radical de l'opposition. 

Retranché dans son fief politique, dans la région de Cochabamba, Evo Morales a finalement cédé aux appels au départ en fin d'après-midi. Il a annoncé qu'un mandat d'arrêt "illégal" avait été émis contre lui, information démentie par le commandant de la police. 

Vacance du pouvoir après des démissions en cascade 

La Bolivie faisait face dimanche soir à une vacance du pouvoir après la démission du président Evo Morales et de tous les autres hauts responsables politiques qui auraient dû assurer l'intérim à la tête du pays. L'intérim à la présidence pourrait être occupé par un sénateur désigné au terme d'un accord entre les partis politiques et les groupes civils à l'origine des manifestations. Une fois au pouvoir, il devra désigner un gouvernement de consensus par intérim et appeler à des élections le plus rapidement possible.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu