Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

De l'échange de renseignements à la resocialisation des "revenants": comment l'UE renforce la lutte contre le terrorisme

lundi 13 novembre 2017 à 12:01 Par Anja Vogel, France Bleu

Les attentats du 13 novembre 2015 ont profondément marqué nos partenaires européens et ont conduit l'Union à accélérer la lutte anti-terroriste, à mettre en place davantage d'instruments communs plus efficaces. Une volonté qui remonte aux attaques meurtrières de Madrid le 11 mars 2004.

L'UE débloque 120 millions d'euros pour aider les villes à mieux se protéger, par exemple en posant un plot en béton anti-attentat comme ici à l'entrée de l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse
L'UE débloque 120 millions d'euros pour aider les villes à mieux se protéger, par exemple en posant un plot en béton anti-attentat comme ici à l'entrée de l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse © Maxppp - Thierry GACHON

Le terrorisme, les Européens sont déterminés à le combattre, mais ils savent aussi qu'ils doivent apprendre à vivre avec. S'ils ont été bouleversés par les attaques si symboliques contre Charlie Hebdo et le Bataclan, ils ont choisi le 11 mars pour célébrer la Journée européenne de commémoration des victimes du terrorisme. Parce qu'elle marque la date anniversaire, deux ans et demi après le 11 septembre 2001, des pires attentats commis en Europe depuis Lockerbie: 191 morts et près de 1900 blessés dans des trains de banlieue à Madrid en 2004. Attentats jihadistes, d'abord attribués aux Basques d'ETA par le gouvernement conservateur, ce qui a précipité sa chute et conduit au retrait des troupes espagnoles en Irak.

Depuis le nombre d'attaques s'est accéléré et la coopération entre les Européens aussi

L'échange d'informations entre pays est de loin la mesure la plus efficace. Parallèlement une Unité européenne du renseignement se met en place. Les instruments se multiplient. Le PNR, fichier européen des passagers aériens, adopté 2016 vient d'être transposé dans la loi française. Les pays de l'espace Schengen vont se doter, avec Europol et Eurojust, d'un registre commun pour contrôler toutes les entrées et sorties aux frontières extérieures, et éviter les attaques comme celle contre le marché de Noël de Berlin, dont l'auteur, ressortissant tunisien, avait utilisé 15 nationalités différentes. Bruxelles va assouplir les règles pour rétablir des contrôles frontaliers et a pris acte de leur prolongation en France, en Allemagne, au Danemark, nous sommes d'ailleurs les seuls invoquer la menace terroriste; dans les autres pays c'était pour répondre à l'afflux de migrants.

Bruxelles veut aussi aider les pays à mieux protéger leurs espaces publics

La Commission débloque 120 millions d'euros pour aider à mieux protéger nos villes, alors que plusieurs attaques ont touché des lieux fréquentés par le public à Londres, Manchester, Stockholm, Marseille, Nice ou l'avenue des Ramblas à Barcelone. Bruxelles a également créé un Réseau européen de sensibilisation à la radicalisation, selon lequel entre 1200 et 3000 jihadistes européens engagés avec l'organisation Etat islamique en Irak et en Syrie pourraient actuellement revenir en Europe "si le califat autoproclamé est vaincu militairement ou s'effrondre". Selon le Réseau, "la plupart seront victimes de traumatismes". D'où l'intérêt "d'encadrer au mieux ces "revenants", pour évaluer rapidement leur niveau de dangerosité et prévoir pour chacun un traitement individualisé mettant l'accent sur la normalisation et la resocialisation".