Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

De l'enfer de Calais au paradis de Laval : un an après le démantèlement de la jungle

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu
Laval, France

C'était il y a un an : la jungle de Calais était démantelée. 91 migrants avaient été accueillis en Mayenne, à Sainte-Suzanne et Laval. Parmi eux, Taoufiq, un migrant Soudanais de 22 ans.

Taoufiq, un Soudanais de 22 ans, est arrivé en octobre 2016 à Laval.
Taoufiq, un Soudanais de 22 ans, est arrivé en octobre 2016 à Laval. © Radio France - Charlotte Coutard

Le 24 octobre 2016, il y a un an jour pour jour. Le démantèlement de la jungle de Calais - le plus grand campement de migrants de France - débutait.

Plus de 7 400 migrants évacués

Pendant trois jours, plus de 7 400 migrants ont été évacués, en majorité de jeunes hommes, mais également des femmes et des enfants. Ils ont quitté leurs abris de fortune, pour monter dans des cars, direction l'un des 454 centres d'accueil et d'orientation (CAO) répartis un peu partout en France, et notamment en Mayenne.

91 migrants ont ainsi été accueillis en Mayenne cette semaine-là : 37 ont été pris en charge à l'AFPA de Laval par l'association France Terre d'Asile, et 54 autres dans l'ancien EHPAD de Sainte-Suzanne. Parmi les migrants accueillis à Laval, il y avait Taoufiq, 22 ans, originaire du Soudan.

"Les gens dormaient par terre, les gens souffraient" - Taoufiq, 22 ans.

Taoufiq a passé trois mois dans la jungle de Calais, trois mois très difficiles. "Les gens dormaient par terre, les gens souffraient, les gens passaient la journée à chercher quelque chose à manger, c'était comme ça", se remémore Taoufiq. C'est donc sans aucune hésitation qu'il monte ce lundi 24 octobre 2016 dans un car, direction une destination inconnue. "N'importe où, c'était mieux qu'à Calais".

"J'étais super heureux, c'était le paradis".

Il arrive à Laval en compagnie de 36 autres migrants. "J'étais super heureux, c'était incroyable, c'était le paradis, j'avais jamais vu une ville comme ça", lâche Taoufiq avec un grand sourire. "J'e suis avec des gens sympas, dans une ville française, entouré de Français, qui parlent français. C'est super".

"J'ai tout ce dont j'ai besoin, c'est grâce à l'État. Merci !"

Commence alors le long parcours administratif pour Taoufiq. Il passe 10 mois au centre d'accueil et d'orientation de Laval, puis emménage dans un appartement avec trois autres migrants, un logement mis à disposition et financé par l'association France Terre d'Asile.

Taoufiq dépose une demande d'asile, et touche une allocation de 200 euros par mois. "J'ai tout ce dont j'ai besoin. Je suis logé, je suis bien nourri, je suis bien habillé. C'est grâce à l'État", détaille Taoufik, "Merci !"

Une demande d'asile encore en cours d'examen

Mais le jeune homme ne rêve que d'une chose, s'intégrer et travailler en France. Il prend des cours de Français trois fois par semaine, il parle d'ailleurs déjà très bien le français, et fait du théâtre. "C'est très difficile d'arriver dans un endroit sans parler la langue. Pour rester en France, il faut apprendre le français".

"Pour rester en France, il faut apprendre le français".

Au Soudan, il était étudiant en Littérature Anglaise. Quand il aura obtenu son statut de réfugié, s'il l'obtient, il compte commencer des études d'informaticien. "Je veux faire une formation professionnelle, aller à l'université, avoir un travail. Je ne veux pas continuer à vivre avec l'aide sociale", raconte Taoufiq.

"Je veux faire une formation professionnelle, aller à l'université, avoir un travail".

En un an, sur les 37 migrants de la jungle de Calais arrivés à Laval, un seul a vu sa demande d'asile déboutée. Les autres demandes ont été accordées ou sont en cours d'examen. Actuellement, 74 migrants sont accueillis au CAO de Laval, et 292 sont logés comme Taoufik dans des appartements ou à l'hôtel en Mayenne par France Terre d'Asile.

Selon la préfecture de la Mayenne, 232 migrants ont été pris en charge dans les CAO du département depuis leur création. 40% ont soit obtenu le statut de réfugiés (45 réfugiés), soit leur situation est en cours d'examen (pour 49 d’entre eux), et 60% restant ont soit quitté la Mayenne (26 ont été transférés pour traitement administratif dans un autre département), soit relèvent de procédures en cours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess