International

Décret Trump anti-immigration : Air France refuse l'embarquement d'une quinzaine de passagers vers les Etats-Unis

Par Blandine Costentin, France Bleu dimanche 29 janvier 2017 à 12:53

Le décret Trump anti-immigration a provoqué des manifestations dans les aéroports américains, comme ici à San Francisco.
Le décret Trump anti-immigration a provoqué des manifestations dans les aéroports américains, comme ici à San Francisco. © Maxppp - Peter Dasilva

Air France reconnaît ce dimanche avoir bloqué l'embarquement d'une quinzaine de personnes vers les Etats-Unis, depuis que le président américain Trump a signé un décret contre l'immigration. Ce texte interdit l'entrée dans le pays des ressortissants de sept pays majoritairement musulmans.

Comme d'autres compagnies aériennes, Air France a refusé de faire embarquer des passagers en provenance de sept pays à majorité musulmane, visés par un décret signé vendredi par Donald Trump. La compagnie française précise ce dimanche qu'une quinzaine de personnes désirant se rendre aux Etats-Unis n'ont pas pu monter dans l'avion. Dans de nombreux aéroports du monde, à Téhéran, au Caire, aux Pays-Bas ou encore à Vienne, des passagers sont restés bloqués. Aux Etats-Unis, des dizaines de passagers - entre 100 et 200, selon le quotidien New York Times - ont été interpellés à l'atterrissage et menacés d'expulsion.

Donald Trump a signé vendredi un décret interdisant l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays, Irak, Iran, Yémen, Libye, Syrie, Soudan et Somalie. Motif : la lutte contre le terrorisme. Le texte bloque l'immigration depuis ces pays pour 90 jours, sauf pour les Syriens qui sont, eux, interdits d'entrée sur le territoire américain jusqu'à nouvel ordre. Le président américain s'est félicité de la mise en oeuvre de son décret : "Ça marche très bien. On le voit dans les aéroports, on le voit partout", s'est-il félicité.

Des manifestations aux Etats-Unis, des critiques en Europe

Le texte présidentiel est en partie contrecarré par une décision de justice. Saisi par des organisations de défense des droits de l'homme, un juge fédéral a interdit aux autorités américaines d'expulser les ressortissants interpellés à l'entrée sur le sol américain et disposant des papiers les autorisant à entrer aux Etats-Unis. Des milliers de personnes ont participé à des manifestations contre la décision de Donald Trump dans les aéroports de New York, Chicago, Los Angeles, San Francisco, San Diego, Boston, Dallas, Denver ou Minneapolis.

Cette vidéo de la chaîne Channel Four montre les manifestations à l'aéroport de JFK de New York :

Donald Trump s'est attiré aussi les critiques de certains dirigeants européens. Lors de l'entretien téléphonique qu'il a eu avec le président américain, François Hollande a mis en garde samedi soir son homologue américain contre "le repli sur soi" et l'a appelé au "respect" du principe de "l'accueil des réfugiés". Pour la chancelière allemande, Angela Merkel, les mesures prises par Trump ne sont pas "justifiées". Plus embarrassée, la Première ministre britannique Theresa May, de retour d'une visite des Etats-Unis, s'est d'abord refusée à commenter la décision américaine, avant de reconnaître ce dimanche que l'Angleterre n'était "pas d'accord avec ce type d'approche".

La décision de Donald Trump pose aussi des questions pour l'organisation de la cérémonie des Oscars, à laquelle de nombreuses personnalités étrangères doivent prendre part, le 26 février. L'actrice iranienne Taraneh Alidousti, à l'affiche du film "Le client" nommé aux Oscars, a annoncé qu'elle boycotterait la cérémonie, dénonçant une mesure raciste.

  - Aucun(e)
-