Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Des Syriens de Bourgogne bouleversés et en colère après l'attaque chimique "présumée" samedi à Douma en Syrie

lundi 9 avril 2018 à 16:06 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur Douma a été demandée par plusieurs pays dont la France, deux jours après l'attaque présumée aux armes chimiques perpétrée contre des civils en Syrie. Une réunion de plus pour sans doute une enquête de plus. Les Syriens de Bourgogne sont dépités.

Alleged chemical attack on civilians in Douma
Alleged chemical attack on civilians in Douma © Maxppp - EMAD ALDIN/EPA/Newscom

Dijon, France

Silence, on tue ! C'est le sentiment qu'ont les Syriens de Bourgogne alors que le nombre de morts ne cesse d'augmenter parmi les civils dans le pays. Dernier épisode sanglant en date, une attaque présumée aux armes chimiques perpétrée samedi à Douma, un secteur détenu par les opposants au régime de Bachar-el-Assad. 

Les civils, premières victimes

Selon le groupe de secouristes "les casques blancs" et l'ONG médicale "Syrian American Medical Society", cette attaque a fait au moins 48 morts et "plus de 500 cas, des femmes et des enfants pour la plupart", qui présentent "les symptômes d'une exposition à un agent chimique". Dans l'agglomération dijonnaise, ces nouveaux événements bouleversent Nazir Masri. Cet homme installé à Chenôve est originaire de Damas.  Il œuvre beaucoup, ici, pour envoyer sur place des médicaments et du matériel médical. Il déplore qu'une fois plus, les victimes soient des innocents. "Qui meurt tout le temps ? Ce sont les femmes et les enfants" déplore Nazir Masri. "C'est très grave. En plus, il manque de tout sur place, et notamment des médicaments et des médecins." Et il se montre très pessimiste quant au bilan de cette nouvelle attaque. Il se montre même persuadé que le nombre de morts atteindra au moins deux cents personnes dans les 48 heures. 

Douma, , Syrian Arab Republic - Maxppp
Douma, , Syrian Arab Republic © Maxppp - EMAD ALDIN/EPA/Newscom

L'inaction des Nations Unies

Plusieurs pays, dont la France, demandent une réponse internationale "forte et solide". Mais il faut évidemment prouver que c'est le régime de Bachar el Assad qui est derrière cette attaque. Une interrogation toute "diplomatique" car pour notre Syrien de Chenôve, Nazir Masri, il n'y a aucun doute. Les opposants sont pour la plupart des jeunes qui n'ont que des mitraillettes mais pas d'avions. Par ailleurs, les satellites permettent de voir exactement les mouvements et les attaques. Son regard est d'ailleurs très critique vis à vis des Nations Unies. 

Un désarroi que partage aussi à Montceau-les-Mines en Saône-et-Loire, le docteur Adnan Seddik, originaire d'Alep et représentant bourguignon de l'association Syria Charity.  "Il y a plus d'un million de morts dans un pays de 23 millions d'habitants. Tout le monde prévient que si Assad dépasse la ligne rouge, verte, noire ou blanche, on va faire quelque chose. Mais tout le monde est certain que le régime Syrien les a plusieurs fois franchies, et rien n'a été fait jusqu'à présent." 

Garder l'espoir et continuer à aider les civils

Nazir Masri, tout comme le docteur Seddik veulent tout de même rester optimistes. Tous les deux estiment que la guerre se terminera bien un jour et le docteur Seddik explique que la France et l'Allemagne ont bien fini par se réconcilier. En attendant, il faut continuer à aider les civils sur place en participant aux collectes organisées en Bourgogne ou en aidant l'association "Syria Charity"

Par ailleurs, Nazir Masri vous donne rendez-vous pour une conférence sur la situation sanitaire en Syrie le 22 avril prochain à la salle des fêtes de Chenôve.

  • Retrouvez Nazir Masri et le docteur Adnan Seddik sur France Bleu Bourgogne, ce mardi 10 avril à 6H43 et 8H12.