Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

États-Unis : un vote historique au Congrès pour la destitution de Donald Trump

-
Par , France Bleu

Donald Trump va entrer dans l'Histoire mercredi en devenant le troisième président des Etats-Unis mis en accusation en vue d'une éventuelle destitution. Si la procédure n'a que peu de chance d'aboutir, elle est une étape clé du mandat de Donald Trump et de la campagne présidentielle.

Destitution: vote historique contre Trump au Congrès américain.
Destitution: vote historique contre Trump au Congrès américain. © AFP - Robyn Beck

A Washington, la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, se réunira ce mercredi pour voter l"impeachment" du président républicain Donald Trump, accusé d'abus de pouvoir et d'entrave à la bonne marche du Congrès.

Troisième président américain menacé de destitution

Dans l'histoire américaine, la Chambre des représentants ne s'est prononcée que deux fois en faveur de l'impeachment d'un président :  Andrew Johnson, après la guerre de sécession et Bill Clinton en 1998 lors du "Monicagate", l'affaire de l'ex-stagiaire de la Maison Blanche Monica Lewinsky. Mais le Sénat ne les a finalement pas destitués. 

Richard Nixon a lui préféré démissionner en 1974, lors du "Watergate", avant le vote à la Chambre des représentants.

Qu'est ce que "l'ukrainegate" au cœur de la procédure ?

Donald Trump est quant à lui impliqué dans l'affaire dite de l'"ukrainegate". Ce coup de téléphone passé le 25 juillet par le président américain à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. Il lui aurait demandé, en échange du dégel d'une aide militaire, de relancer une enquête anti-corruption contre Joe Biden et son fils Hunter, ex-membre du Conseil d'administration d'une entreprise gazière ukrainienne. 

Donald Trump est donc accusé d'abus de pouvoir en vue de déstabiliser Joe Biden, l'un de ses adversaires à la présidentielle de 2020. 

L'actuel président est également accusé d'entrave à la bonne marche du Congrès pour des blocages et intimidations récurrents constatés au cours des enquêtes du FBI et du Congrès.

Enjeu de la campagne pour la présidentielle de 2020

Le Congrès exercera ainsi "un des pouvoirs les plus solennels que lui garantisse la Constitution", affirme la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, en première ligne dans cette procédure de destitution. Mais la démarche est risquée pour les démocrates, qui parasitent ainsi leur campagne pour les primaires à 50 jours des premiers votes dans l'Iowa. 

Quant à Donald Trump, il se présente en victime d'une "croisade vicieuse" et dénonce "une tentative de coup d'Etat illégale et partisane". Mais il se dit certain de sortir conforté de cette séquence politique: "Je n'ai aucun doute sur le fait que le peuple américain vous tiendra responsable, avec les démocrates, lors de l'élection de 2020".

La destitution est peu probable

Donald Trump n'est pas très inquiet sur l'issue de la procédure car c'est le Sénat qui devra organiser, probablement en janvier, le procès du président. Or le Sénat est aux mains des républicains, donc favorable à Trump. Il ne devrait donc pas risquer d'être destitué. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu