Infos

Haïti : destructions, isolement et risque d'épidémies après le passage de l'ouragan Matthew

Par Blandine Costentin, France Bleu dimanche 9 octobre 2016 à 14:15

Dans la ville de Jérémie, les habitants cherchent de la nourriture.
Dans la ville de Jérémie, les habitants cherchent de la nourriture. © AFP - Hector Retamal

Un deuil national de trois jours a été décrété en Haïti ce dimanche. Après le passage de l'ouragan Matthew, qui aurait fait près de 900 morts, le choléra menace les populations sinistrées. Fournir de l'eau potable, rétablir les communications, héberger les sans-abris : l'urgence est immense.

L'ouragan Matthew continue de sévir ce dimanche sur la côte Est des Etats-Unis, où il a fait onze morts. Mais c'est en Haïti, où la tempête a soufflé mardi à pleine puissance que les conséquences sont désastreuses. Un bilan provisoire s'élève à 877 morts (bilan avancé par l'agence de presse Reuters à partir des chiffres fournis par les autorités locales).

Les rafales de vent à 233 km/h et les pluies torrentielles ont provoqué d'immenses dégâts. Une partie du réseau de téléphonie mobile est hors d'usage et les routes sont inondées. Dans certaines zones à l'ouest de l'île, comme dans la ville de Jérémie, la situation est désespérée. Les habitants n'auraient plus que 10 à 15 jours de stocks de nourriture et une grande partie des récoltes est détruite. Les habitants des zones sinistrées sont menacés par le choléra, transmis par l'eau polluée. Médecins sans frontières a envoyé des équipes pour s'attaquer à l'épidémie. La presse, comme ci-dessous ce journaliste canadien, arrive dans la zone et témoigne du désarroi de la population.

Les autorités haïtiennes organisent des convois de nourriture, d'eau et de médicaments par la route, la mer et les airs, mais elles ont besoin de l'aide internationale. Un avion a quitté la France dimanche matin avec 60 militaires de la sécurité civile et 32 tonnes de matériel, dont deux stations de purification de l'eau. Un navire de l'armée américaine achemine vers l'île des hélicoptères, des moyens pour l'eau potable et de quoi installer des hôpitaux de campagne.

La solidarité s'organise depuis les régions de France

Partager sur :