Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
International

La France "exige la libération" des deux journalistes français de l'émission "Quotidien" arrêtés au Venezuela

mercredi 30 janvier 2019 à 20:09 - Mis à jour le jeudi 31 janvier 2019 à 14:46 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le ministère français des Affaires étrangères "exige la libération" des deux journalistes français arrêtés mardi à Caracas au Venezuela. Le pays gouverné par Nicolas Maduro est en pleine crise politique.

Manifestation des opposants au président Maduro le 30 janvier 2019, à Caracas au Venezuela
Manifestation des opposants au président Maduro le 30 janvier 2019, à Caracas au Venezuela © Maxppp - Adrien Vautier / Le Pictorium

"Nous exigeons leur libération et mettons tout en oeuvre pour l'obtenir dans les plus brefs délais", a fait savoir la porte-parole du Quai d'Orsay lors d'un point de presse électronique ce jeudi, deux jours après l'arrestation de  deux journalistes français de l'émission "Quotidien" de TMC. Des diplomates français sont "en contact avec les autorités vénézuéliennes" depuis leur arrestation, a précisé Agnès von der Mühll.

Pierre Caillet et Baptiste des Monstiers ont été arrêtés mardi par les autorités vénézuéliennes près du palais présidentiel de Miraflores à Caracas, a appris l'AFP mercredi de sources diplomatiques. Les deux reporters filmaient le bâtiment quand ils ont été interpellés, ont précisé ces sources à l'agence de presse.

Ils couvraient un rassemblement de soutien au président Nicolas Maduro, selon le Syndicat national des travailleurs de la presse (SNTP), principal syndicat de journalistes au Venezuela qui précise que leur producteur dans le pays, Rolando Rodriguez, a lui aussi été interpellé.

Au moins 850 personnes arrêtées en moins de 10 jours

Le Venezuela est actuellement déchiré par une crise politique opposant, d'un côté, les chavistes et le président Nicolas Maduro réélu en mai 2018 au terme d’un scrutin boycotté par les principaux partis de l’opposition, et, de l'autre, les opposants au chef de l'État, réunis derrière Juan Guaido, président du Parlement, qui s'est autoproclamé "président en exercice" du pays le 23 janvier.

L'opposition a de nouveau manifesté le 30 janvier pour réclamer la mise en place d'un gouvernement de transition et l'organisation d'élections générales libres. Soutenu en ce sens par les États-Unis ainsi qu'une grande partie de l'Amérique latine et de l'Europe, Juan Guaido a interdiction de quitter le pays et ses comptes bancaires ont été gelés.

Selon l'ONU, en neuf jours de mobilisations, une quarantaine de personnes ont été tuées et plus de 850 arrêtées. De nouvelles manifestations sont prévues samedi à travers le pays.