International

Deux Poitevins parmi les blessés de l'attentat de Londres

Par William Giraud, France Bleu Poitou mardi 6 juin 2017 à 12:21

Ce matin dans les locaux du CNFPT de Poitiers
Ce matin dans les locaux du CNFPT de Poitiers © Radio France - William Giraud

Une employée du CNFPT (centre national de la fonction publique territoriale) de Poitiers et son conjoint ont été percutés samedi soir par la camionnette des terroristes près du London Bridge.

Deux Poitevins figurent parmi les victimes de l'attentat de Londres. Une employée du CNFPT de Poitiers et son conjoint ont été percutés par la camionnette des terroristes alors qu'ils sortaient d'un restaurant près du London Bridge.

Fractures multiples

Blessés gravement, ils se trouvent toujours ce midi au Royal Hospital de Londres (à Whitechapel). Leurs jours ne sont pas en danger. Ils souffrent de fractures multiples. Ils faisaient partie d'un voyage organisé par le comité des œuvres sociales du CNFPT. Au total, onze agents (sur les 44 que compte la structure en Poitou-Charentes) et leurs familles se trouvaient dans la capitale britannique ce week-end dans le cadre de ce séjour.

Quatre agents ont déjà repris le travail

Sur le site poitevin du CNFPT dans le quartier de la gare de Poitiers, les personnels ne souhaitent pas parler au micro. Mais forcément, l'attentat est sur toutes les lèvres. Quatre des onze collègues qui se trouvaient à Londres ont repris le travail. Six autres reviennent demain.

Une prise de parole collective

A 9h30 ce matin, la direction a réuni les agents des sites de Poitiers, Niort, Angoulême et La Rochelle pour une prise de parole. Et dans les salles où sont organisées des formations, les stagiaires ont été informés de la situation. Parmi eux, Ulrich : il travaille comme agent aux espaces verts de la mairie de Chasseneuil. "Je ne savais pas pour cette dame. Je l'ai appris en arrivant. Cela fait peur. L'horreur peut frapper partout, à n'importe quel moment."

Retour en France : pas avant plusieurs jours

Une cellule médico-psychologique a également été mise en place dès hier soir pour les agents qui étaient au Royaume-Uni et le reste des personnels. Des employés qui attendent maintenant avec impatience, quand leur état le permettra, le rapatriement de leur collègue et de son compagnon en France.