Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élections américaines 2020

EN IMAGES - Joe Biden est devenu 46e président des États-Unis

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Joe Biden est devenu mardi le 46e président des États-Unis, sur le parvis du Capitole, à Washington, la capitale fédérale. Kamala Harris a également prêté serment est devenue la première femme vice-présidente. Revivez les principaux moments en images de la cérémonie d'investiture.

Le serment de Joe Biden, le démocrate est devenu mardi le 46e président des Etats-Unis
Le serment de Joe Biden, le démocrate est devenu mardi le 46e président des Etats-Unis © AFP - David Himbert / Hans Lucas

Joe Biden est devenu le 46e président des États-Unis. Le démocrate a prêté serment sur la Bible ce mercredi, devant le président de la Cour suprême John Robert, avant de prononcer son discours d'inauguration. Après l'ère Trump, et l'invasion du Capitole le 6 janvier, le nouveau président a appelé le peuple américain "à l'unité". Alors que les Etats-Unis sont devenus mardi le pays le plus touché dans le monde par la Covid-19, la cérémonie d'investiture a été ponctuée par une minute de silence en mémoire des 400 000 victimes du virus. Outre les serments, l'investiture a aussi été rythmée par des moments musicaux avec Lady Gaga et Jennifer Lopez.

Joe Biden a prêté serment

Joe Biden a prêté serment mercredi comme 46e président des États-Unis, il entre désormais en fonction après avoir prononcé ces mots : "Moi Joseph Robinette Biden Jr, je jure solennellement que j'accomplirai loyalement les fonctions de président des Etats-Unis et que je ferai de mon mieux pour préserver, protéger et défendre la Constitution des Etats-Unis", a-t-il déclaré, selon la formule consacrée, la main posée sur la bible familiale, face au président de la Cour suprême, John Roberts.

Un discours grave, un appel à l'unité

Joe Biden, nouveau président des États-Unis, a appelé son pays à "l'unité" dans son discours inaugural, son pays traversé par des crises profondes au terme du mandat de Donald Trump. À travers des mots graves, un discours d'une vingtaine de minutes, celui qui est devenu à 78 ans le président le plus âgé en début de mandat a salué un "jour d'Histoire et d'espoir" pour l'Amérique, quelques heures après le départ de Donald Trump, qui a quitté Washington sans assister à ce moment historique. 

"Nous nous en sortirons ensemble" - Joe Biden

"La démocratie est précieuse, la démocratie est fragile, et aujourd'hui mes amis, la démocratie l'a emporté. (...) Je sais que les forces qui nous divisent sont profondes et réelles", a ajouté le démocrate. "Nous nous en sortirons ensemble", a-t-il assuré, avant de faire observer une minute de silence en hommage aux 400.000 "mères, pères, maris, épouses, fils, filles, amis, voisins et collègues" tués par le Covid-19.

Le nouveau président a en outre exhorté les Américains à rejeter la manipulation des faits, dans une référence à son prédécesseur Donald Trump, qui a nié pendant des semaines le résultat de l'élection présidentielle et popularisé l'expression "fake news".  "Tous les désaccords ne doivent pas mener à la guerre totale. Et nous devons rejeter la culture où les faits eux-mêmes sont manipulés, et même inventés", a-t-il lancé. "Il y a la vérité et il y a les mensonges, les mensonges prononcés pour le pouvoir et pour le profit. Et chacun d'entre nous a le devoir et la responsabilité, en tant que citoyens, qu'Américains, et particulièrement en tant que dirigeants, (...) de défendre la vérité et de combattre les mensonges", a-t-il ajouté.
 

Joe Biden a aussi promis de "vaincre" le "suprémacisme blanc" et le "terrorisme intérieur", deux semaines après les violences au Capitole. "On voit surgir aujourd'hui l'extrémisme politique, le suprémacisme blanc et le terrorisme intérieur", a-t-il noté. "Nous devons les affronter et nous allons les vaincre", a-t-il lancé. "Un jour nouveau se lève sur l'Amérique", avait tweeté peu avant celui qui est devenu à 78 ans le président le plus âgé au début de son mandat.

Kamala Harris, la première femme vice-présidente

La démocrate Kamala Harris a été investie mercredi vice-présidente des États-Unis, entrant dans les livres d'histoire comme la première femme mais aussi la première personne noire et d'origine indienne à occuper cette fonction. L'ex-sénatrice et ancienne procureure âgée de 56 ans, fille d'immigrés, a prêté serment face à la juge de la Cour suprême Sonia Sotomayor, la main sur une bible que tenait son époux Doug Emhoff. 

Deux pop stars, Lady Gaga et Jennifer Lopez

Lady Gaga et Jennifer Lopez ont chanté lors de la cérémonie d'investiture de Joe Biden et Kamala Harris. Très populaires, elles avaient fait campagne pour les démocrates. Lady Gaga a fortement mobilisé la communauté LGBT aux États-Unis, quant à Jennifer Lopez, elle a mobilisé la communauté hispanique. 

L'arrivée des prochains président et vice-présidente

La cérémonie d'investiture a commencé aux alentours de 17 heures sur une grande estrade installée face à la vaste esplanade du "National Mall". Parmi les invités présents : les anciens présidents Bill Clinton, Barack Obama et Georges Bush. 

Donald Trump a quitté la Maison Blanche

Le président américain Donald Trump a quitté mercredi la Maison Blanche et Washington, tout en laissant planer la possibilité d'un retour, quelques heures avant la prestation de serment de Joe Biden qui a annoncé l'avènement d'un "jour nouveau" en Amérique. Le 45e président américain est parti sans avoir rencontré son successeur à quelques heures de la fin de son mandat. Depuis la base militaire d'Andrews, il a salué quatre années "extraordinaires" et souhaité "bonne chance" à la nouvelle administration sans jamais prononcer le nom de Joe Biden. Il a promis de revenir "d'une manière ou d'une autre", entretenant le flou sur ses projets. Il s'est ensuite envolé à bord d'Air Force One pour la Floride où il entamera dans son club de Mar-a-Lago, à 74 ans, sa vie d'ex-président. Avant de partir, il a néanmoins choisi de respecter au moins une coutume, en laissant une lettre pour Joe Biden, dont la teneur n'a pas été dévoilée. Fait sans précédent depuis 150 ans, il va en revanche bouder la cérémonie d'investiture de son successeur.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess