Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dix ans après le séisme, le secours populaire du Nord aide toujours Haïti

-
Par , France Bleu Nord

Il y a dix ans, la terre tremblait à Haïti. Le 12 janvier 2010, le séisme a fait plus de 200 000 morts. Le secours populaire du Nord s'était tout de suite mobilisé, pour l'aide d'urgence, puis pour la reconstruction d'une école près de Port-au-Prince. L'histoire continue aujourd'hui.

Le 17 mai 2012, le secours populaire inaugurait l'école de la solidarité, à Rivière-Froide, à Haïti, détruite lors du séisme de 2010.
Le 17 mai 2012, le secours populaire inaugurait l'école de la solidarité, à Rivière-Froide, à Haïti, détruite lors du séisme de 2010. - Secours populaire

C'était il y a dix ans : le 12 janvier 2010, Haïti était frappée par un tremblement de terre qui faisait plus de 200 000 morts et plus d'un million de sans-abris. Ce pays des Caraïbes ne s'est toujours pas relevé de ce séisme, d'autant qu'il a essuyé depuis d'autres catastrophes naturelles, comme l'ouragan Matthew en 2016.

En 2010, le secours populaire du Nord s'est beaucoup mobilisé pour aider les habitants d'Haïti. Une aide de 200 000 euros pour gérer l'urgence alimentaire et médicale, envoyer des tentes sur place, et ensuite pour reconstruire une école près de la capitale Port-au-Prince, et mettre en place un système d'eau potable pour les enfants et leurs familles.

On est encore à terre - Martine Canal, médecin haïtienne

Le secours populaire intervient aujourd'hui en fonction des besoins des personnes les plus en difficultés accueillies par Martine Canal, médecin haïtienne formée à Lille, correspondante sur place du secours populaire du Nord. Des besoins criants encore aujourd'hui : "Haïti n'est toujours pas remis", raconte le docteur Canal, "on est encore à terre. Des gens dorment toujours dans des structures qui ne sont pas solides. On a encore besoin de soutien et de solidarité, on avance à pas d'escargot".

ECOUTEZ : Martine Canal, médecin haïtienne

Le secours populaire a permis à cette population de se tenir debout

Parmi les raisons d'espérer pour Haïti, il y a l'école de la Solidarité, à Rivière-froide, au Sud de Port-au-Prince. Détruite par le séisme, elle a été reconstruite grâce au secours populaire du Nord, et inaugurée en 2012. Elle a depuis accueilli 1500 enfants, dans des salles de classe qui s'appellent Lille, Roubaix ou Tourcoing, en hommage aux donateurs nordistes. "Les enfants ont pu reprendre le chemin de l'école", se réjouit Martine Canal, "le secours populaire du Nord a permis à cette population de se tenir debout. On ne peut que dire merci".

A l'hôpital d'Haïti, le Docteur Martine Canal en compagnie de Jean-Louis Callens, secrétaire du secours populaire du Nord
A l'hôpital d'Haïti, le Docteur Martine Canal en compagnie de Jean-Louis Callens, secrétaire du secours populaire du Nord - Secours populaire

20 000 euros par an

Des représentants du secours populaire du Nord se rendent régulièrement sur place. Jean-Louis Callens, le secrétaire général de la fédération, explique : "il y a une catastrophe, on y va dans l'urgence, comme aujourd'hui en Australie. Mais qu'est-ce qu'on fait après ? On s'active sur le développement, au travers des besoins des populations". Le secours populaire du Nord engage en moyenne 20 000 euros par an pour aider la population d'Haïti.

ECOUTEZ : reportage de Cécile Bidault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess