International

Donald Trump président : au Havre, les basketteurs américains du STB n'en reviennent pas

Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mercredi 9 novembre 2016 à 15:42

Bernard King, capitaine du STB
Bernard King, capitaine du STB © Maxppp - Jean Marc Loos

Le candidat Républicain Donald Trump a remporté contre toute attente l'élection présidentielle américaine. Un sacre qui fait réagir le monde entier, y compris les basketteurs américains de Saint-Thomas, au Havre.

C'est un séisme sur la scène politique internationale : Donald Trump, élu président des Etats-Unis (45) ! Le puissant homme d'affaire populiste et républicain a battu la démocrate Hillary Clinton : 278 grands électeurs contre 219 pour la femme de Bill, l'ancien Président, la nuit dernière. Depuis, les réactions affluent du monde entier. Jusqu'au parquet du STB, Saint Thomas Basket, au Havre. L'équipe de PRO B compte cette saison deux américains.

Bernard King, 32 ans, capitaine emblématique du STB et originaire de la Louisiane aux Etats-Unis, n'en croit pas ses yeux. Il est au micro de Bertrand Queneutte :

Bernard King, avec Bertrand Queneutte

Bernard King : "Ma mère m'a envoyé un message à 3h du matin. Quand j'ai vu qu'elle m"écrivait, je me suis dit que quelque chose n'allait pas... "

Donal Trump devient le 45ème président des Etats-Unis - Maxppp
Donal Trump devient le 45ème président des Etats-Unis © Maxppp - Yin Bogu

Josh Green, meneur de jeu de 24 ans originaire du Mississipi est depuis longtemps résident à Los Angeles, en Californie. Comme son compatriote, il a voté lors de cette élection. Déçu, il redoute l'avenir avec Donald Trump, à la tête de la Maison Blanche. Il répond à Bertrand Queneutte :

Josh Green : "J'ai été choqué. Je pensais qu'Hillary allait gagner. Mais bon, je crois beaucoup en Dieu et quoiqu'il décide, j'espère que cela se passera bien (...) j'aurais préféré qu'on élise pour la première fois une femme Présidente. Mais malheureusement, je crois qu'il y a plus de gens stupides aux Etats-Unis, que de gens intelligents."

Josh Green, avec Bertrand Queneutte