Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Donald Trump prévient la Russie qu'il va lancer des missiles sur la Syrie, qui dénonce une "escalade dangereuse"

mercredi 11 avril 2018 à 13:41 - Mis à jour le jeudi 12 avril 2018 à 7:24 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Le président des États-Unis a annoncé à la Russie, sur Twitter, ce mercredi, qu'il allait lancer des missiles sur la Syrie. Des propos nuancés dans la soirée par la Maison Blanche qui précise qu'aucune décision définitive n'a encore été prise sur une éventuelle frappe en Syrie.

Donald Trump a prévenu qu'il allait lancer des missiles sur la Syrie.
Donald Trump a prévenu qu'il allait lancer des missiles sur la Syrie. © AFP - NICHOLAS KAMM/AFP

"Tiens-toi prête, Russie, les missiles arrivent", a tweeté mercredi le président des Etats-Unis, Donald Trump, à propos de la perspective de frappes contre la Syrie après l'attaque chimique présumée dans la ville insurgée de Douma. 

A LIRE AUSSI : Syrie : la France pourrait s'attaquer aux "capacités chimiques" du régime

"Tiens-toi prête, Russie, parce qu'ils arrivent"

"La Russie promet d'abattre tous les missiles tirés contre la Syrie. Tiens-toi prête, Russie, parce qu'ils arrivent, beaux et neufs(...). Vous ne devriez pas être les partenaires d'un animal qui tue son peuple avec des gaz et s'en réjouit!" a écrit Trump. Les Russes ne doivent pas "être les partenaires d'un animal qui tue son peuple avec des gaz", a continué Trump dans son tweet, en faisant allusion au président syrien, Bachar al Assad, et à l'attaque chimique présumée de samedi soir à Douma.

Les relations entre les Etats-Unis et la Russie sont "pires aujourd'hui qu'elles ne l'ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide", a poursuivi Donald Trump.

Pour la Syrie, une "escalade dangereuse" 

La Syrie a qualifié ces menaces de frappes militaires d'"escalade dangereuse", selon l'agence officielle syrienne Sana. "Nous ne sommes pas étonnés par cette escalade dangereuse en provenance d'un régime comme celui des Etats-Unis qui a parrainé et parraine encore le terrorisme en Syrie", a indiqué une source du ministère des Affaires étrangères, citée par Sana.

La décision de la France annoncée "dans les prochains jours" 

Mardi soir, Moscou a opposé son veto au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain visant à créer un mécanisme d'enquête indépendant sur le recours aux armes chimiques en Syrie. 

Mais en face, les Occidentaux, Etats-Unis et France en tête, ont redoublé de détermination. "La France mettra tout en oeuvre contre l'impunité chimique", a assuré l'ambassadeur français François Delattre. Paris annoncera "dans les prochains jours" la "décision" sur sa riposte, en coordination avec les alliés américain et britannique, a précisé le président Emmanuel Macron.

La Russie prévient que les missiles ne doivent "pas viser le gouvernement légitime"

Pour la Russie, ces missiles "intelligents" que souhaite envoyer Donald Trump doivent viser "les terroristes" et non le "gouvernement légitime" de Damas, a réagi la porte-parole de la diplomatie russe sur Facebook. 

Moscou a également insinué que ces frappes américaines contre le régime de Damas pourraient servir à "effacer les traces des provocations" que les Occidentaux dénoncent comme une attaque à l'arme chimique. "L'idée serait-elle d'effacer rapidement les traces de provocations par des frappes de missiles intelligents, et les inspecteurs n'auront plus rien à trouver en termes de preuves? " s'est interrogée la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

  - Visactu
© Visactu -