Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Macron au Rwanda : "Il aurait mieux valu qu'il vienne demander pardon", réagit un Rwandais installé en Sarthe

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Maine

Christian Manzi a perdu une grande partie de sa famille dans le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994. S'il reconnaît "un pas" après la reconnaissance de "responsabilités" de la France par Emmanuel Macron, il aurait préféré que le chef de l'état "vienne demander pardon".

En reconnaissant les "responsabilités" de la France, Emmanuel Macron a "fait un pas", estime Christian Manzi.
En reconnaissant les "responsabilités" de la France, Emmanuel Macron a "fait un pas", estime Christian Manzi. © Radio France - Steven Gouaillier

En avril 1994, Christian Manzi est installé au Burundi, pays voisin du Rwanda. Ce n'est qu'à la fin du génocide, au mois d'août, qu'il peut reprendre contact avec ses proches restés sur place, mais "une grande partie" de sa famille manque à l'appel : "Des oncles, des tantes, des neveux… Ils ont été pourchassés, _on en a retrouvé certains dans des tas de morts_, on les a d'ailleurs cru morts. Ils ont eu des blessures, des séquelles psychologiques qui restent encore, c'est dur à porter". 

Sur la question des responsabilités, l'enseignant sarthois veut bien séparer deux choses : "Le peuple français n'a pas de responsabilités dans ce qui s'est passé, mais _certains hommes politiques et certains hauts gradés_, oui. On ne peut pas nier que l'armée rwandaise était conseillée par des experts militaires français, qu'elle se battait avec des armes françaises."

"Peut-être que dans dix ans, un chef d'état viendra demander pardon"

En reconnaissant les "responsabilités" de la France dans le génocide qui a coûté la vie à près de 800 000 personnes, Emmanuel Macron "a fait un pas de plus que Nicolas Sarkozy, qui avait reconnu des erreurs", selon Christian Manzi. "Quand M. Macron parle de responsabilités, c'est que la France est responsable de quelque chose". L'enseignant garde tout de même comme un goût d'inachevé, "il aurait mieux valu qu'il fasse comme la Belgique, ou les Nations-Unies, qui sont venues demander pardon aux Rwandais".  

Mais la prise de position du chef de l'état, en déplacement hier à Kigali, va dans le bon sens pour Christian Manzi, qui attend maintenant que le temps fasse son effet : "Peut-être que dans dix ou quinze ans, les opinions auront évolué et un chef d'état viendra et dira 'la France s'excuse et demande pardon". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess