Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élections américaines 2020

Élections américaines : qui sont les autres candidats face à Joe Biden et Donald Trump

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Non, Donald Trump et Joe Biden ne sont pas les seuls candidats en course pour la Maison blanche, il n'y a pas que les républicains face aux démocrates. Libertariens, écologistes, indépendants, France Bleu vous fait découvrir ces (milliers de) candidats sans la moindre chance d'être élu.

Par ordre alphabétique : Joe Biden (Démocrates), Howie Hawkins (Green Party), Jo Jorgensen (Libertariens), Donald Trump (Républicains) et Kanye West (Birthday Party)
Par ordre alphabétique : Joe Biden (Démocrates), Howie Hawkins (Green Party), Jo Jorgensen (Libertariens), Donald Trump (Républicains) et Kanye West (Birthday Party) - Maxppp / AFP / Creative Commons

Donald Trump et Joe Biden sont loin d'être les seuls candidats à l'élection américaine en 2020. Si le président sortant républicain, âgé de 74 ans, et son opposant démocrate, âgé de 77 ans, sont omniprésents dans les médias américains et internationaux, il existe bien d'autres prétendants à la Maison blanche. On les appelle les third parties candidates (candidats des partis tiers).

Les conditions pour se porter candidat

Plusieurs critères simples permettent d'être candidat à l'élection présidentielle américaine. Ces conditions sont définies par la constitution de 1787. Il faut être âgé de plus de 35 ans, être né Américain et avoir résidé aux États-Unis pendant au moins 14 ans. Enfin, un président ne peut pas être candidat à un troisième mandat consécutif.

Les critères sont identiques pour le vice-président à condition qu'il ne réside pas dans le même État que celui du candidat à la présidence. Parce qu'on élit bien un président et un vice-président, c'est un ticket, l'un et l'autre, même si le vrai pouvoir exécutif est détenu par le président à la tête de son administration. Les fonctions du vice-président sont honorifiques, il dirige également les débats au Sénat. Mike Pence est à nouveau aux côtés de Donald Trump, Kamala Harris roule avec Joe Biden.

Kamala Harris et Joe Biden (à gauche sur la photo), Mike Pence et Donald Trump (à droite)
Kamala Harris et Joe Biden (à gauche sur la photo), Mike Pence et Donald Trump (à droite) © AFP - Olivier DOULIERY - GETTY IMAGES NORTH AMERICA

On compte plus de 1200 candidats

Au 28 octobre 2020, la Commission fédérale électorale (FEC) répertoriait 1224 candidats. Parmi ceux-ci, 325 se revendiquent démocrates, 164 républicains, 35 libertariens, 23 écologistes et pour le reste, ce sont des indépendants. Pourquoi ne sont-ils pas mentionnés ni même invités à débattre ? Parce que la FEC n'invite aux débats présidentiels que les candidats crédités de 15% d'intentions de vote, à savoir Trump et Biden. 

S'il n'y a qu'un combat polarisé entre deux camps, c'est aussi parce que faire campagne dans une cinquantaine d'États et territoires, cela coûte énormément d'argent. Les financements électoraux ont d'ailleurs été assouplis au fil des ans. En 2020, Joe Biden a déjà dépensé 695 millions de dollars quand Donald Trump en a dépensés plus de 502 millions, si l'on en croit l'encyclopédie en ligne Ballotpedia.

Peu de poids dans les résultats

Il existe trois types de candidats : ceux désignés par un partis -comme Biden et Trump lors de conventions nationales après des primaires-, les indépendants et les "write in". Les candidats peuvent déposer des dossiers de candidatures dans les États pour voir leurs noms sur les bulletins de vote, sinon les électeurs peuvent inscrire un nom sur un bulletin ("write in").

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En 2016, lors de la précédente élection, 7,6 millions d'électeurs américains (5,3%), sur 245 millions d'inscrits, avaient voté pour un candidat autre qu'Hillary Clinton (D) et Donald Trump (R). Les libertariens avaient recueilli 3,3% et le Green Party 1,2%. Les petits candidats peuvent donc, très marginalement, priver les deux candidats majeurs de quelques voix.

Jo Jorgensen : les libertariens, troisième force politique

Jo Jorgensen, d'origine danoise, se présente aux côtés de Jeremy Cohen. Âgée de 63 ans, elle est universitaire, professeure de psychologie. Les libertariens proposent le moins d'interventions étatiques possibles, le "laisser faire". Ils sont contre les programmes fédéraux, contre les taxes et pour le libre échange total. Ils prônent les libertés individuelles et demandent à revoir la pénalisation des drogues. Ils sont opposés aux opérations militaires extérieures et pour un retour rapide de tous les soldats américains dans le monde. Joe Jorgensen dit vouloir faire des États-Unis une "Suisse géante, armée et neutre". Depuis quelques mois, le parti libertarien a un siège à la Chambre des représentants.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Howie Hawkins : le Green Party, le plus à gauche

Howie Hawkins est le candidat écologiste de cette élection, désigné par le parti vert des États-Unis. Âgé de 67 ans, ses propositions sont les plus à gauche. Il est aux côtés d'Angela Walker. Pacifiste, il a été contre la guerre au Vietnam dans les années 1960 et demande aujourd'hui le rapatriement des soldats déployés dans le monde. Il envisage une baisse de 75% du budget militaire. Il défend un Green new deal, une transition écologique pour 100% d'énergies renouvelables sur le territoire américain dans dix ans.

Comme croit le savoir le New York Times, les républicains auraient aidé Hawkins à se présenter dans le Wisconsin, la Pennsylvanie ou le Montana afin de siphonner des voix au parti démocrate.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Kanye West, people et religion

Kanye Omari West (son nom complet) peut profiter de sa notoriété, en tant que rappeur et mari de Kim Kardashian. Âgé de 43 ans, il se présente au nom du Birthday Party. Il est contre l'avortement (pro-life) et contre la peine de mort encore en vigueur dans 28 États. Il a été longtemps proche de Donald Trump.

Son programme est inspiré de la Bible, il demande un retour de la prière à l'école pour faire baisser le taux de suicide. Face au coronavirus, Kanye West est persuadé d'une guérison "grâce à la foi" et ajoute que "le remède est entre les mains de Dieu". Il relaie aussi des thèses dites complotistes et se prononce contre les vaccins : "Il y a tellement d’enfants qui sont vaccinés et qui se retrouvent paralysés. C’est la marque du Démon. Ils veulent en profiter pour nous mettre des puces à l’intérieur du corps". Le rappeur dit aujourd'hui être capable d'être "le leader d'un monde libre".

Kanye West ne cache pas vouloir détourner des voix traditionnellement démocrates (celles de la communauté afro-américaine, ndlr) : "Dire que les Noirs votent démocrate est une forme de racisme et de suprématie blanche" a-t-il expliqué au magazine Forbes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess