Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International
Dossier : Opération Barkhane : treize militaires français morts au Mali

Emmanuel Macron invite les cinq dirigeants du G5 Sahel à Pau le 16 décembre

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Plus d'une semaine après le décès de treize militaires français au Sahel dont sept du 5ème RHC de Pau, le chef de l'État a invité les présidents membres des pays du Sahel à Pau, le 16 décembre, afin que ces derniers clarifient leurs demandes dans la lutte contre le terrorisme.

Emmanuel Macron lors d'un sommet en Mauritanie, aux côtés des chefs d'État du G5 Sahel, le 2 juillet 2018.
Emmanuel Macron lors d'un sommet en Mauritanie, aux côtés des chefs d'État du G5 Sahel, le 2 juillet 2018. © Maxppp - Ludovic Marin

Pau, France

Alors qu'Emmanuel Macron est attendu le 17 décembre à Pau pour l'inauguration du Fébus, le bus à hydrogène, le chef de l'État a officiellement invité les présidents des cinq membres du Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) à venir dans la cité béarnaise, la veille, le 16 décembre. Une invitation lancée plus d'une semaine après le décès de treize militaires français dans la région, dont sept issus du 5ème régiment d'hélicoptères de combat de Pau. 

La France n'est pas là avec des visées néocoloniales, impérialistes ou avec des finalités économiques" - Emmanuel Macron

"Nous devons à très court terme reclarifier le cadre et les conditions politiques de notre intervention au Sahel avec les cinq États membres du G5 Sahel" a déclaré Emmanuel Macron, lors du sommet de l'Otan à Londres. "Je ne peux, ni ne veux, avoir des soldats français au Sahel alors que l'ambiguïté perdure à l'égard des mouvements antifrançais", a-t-il averti, faisant référence au mécontentement grandissant de certains habitants du Burkina Faso, du Mali et du Niger concernant l'intervention de la force Barkhane. "Ils (les chefs d'État du G5 Sahel, ndlr) nous doivent la clarté. Il faut que ce soit très clair et assumé par tout le monde, et pour le moment ce n'est pas suffisamment le cas. J'ai besoin de ces clarifications pour continuer à maintenir la présence française", a-t-il insisté sur un ton ferme. "La France n'est pas là avec des visées néocoloniales, impérialistes ou avec des finalités économiques. On est là pour la sécurité collective de la région et la nôtre" a-t-il ajouté.

Le président de la République a également expliqué vouloir une présence française "plus forte et plus structurée" au Sahel, notamment à l'aide "d'une nouvelle coalition en lien avec nos partenaires européens et africains".

La France est engagée depuis 2013 dans cette région du monde, 4.500 soldats combattent sur place.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu