International

Emprisonné depuis 3 ans au Qatar, un Mosellan espère être transféré en France

Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu dimanche 18 décembre 2016 à 6:44

Jean-Pierre Marongiu et sa femme originaire de Florange
Jean-Pierre Marongiu et sa femme originaire de Florange © Maxppp - RL

Jean-Pierre Marongiu, en prison au Qatar pour des chèques impayés qu'il conteste, s'accroche à l'initiative du Quai d'Orsay qui a demandé son transfert dans une prison française. Il n'a pas revu sa femme originaire de Florange et ses enfants depuis 4 ans.

C'est à peine croyable mais un Français, un Mosellan, purge depuis 3 ans une peine de 7 ans de prison pour 6 chèques impayés au Qatar. Jean-Pierre Marongiu n'a pas revu sa femme originaire de Florange et ses deux fils depuis 4 ans. Cet entrepreneur a été condamné pour des chèques sans provision, qu'il conteste. C'est passible d'une simple contravention en France, mais lourdement sanctionné dans ce pays du Golfe.

Aujourd'hui, Jean-Pierre Marongiu commence à reprendre espoir. Le ministère des affaires étrangères, qui ne l'a pas soutenu au départ, a proposé en novembre au Qatar de transférer le ressortissant français dans une prison française. Jean-Pierre Marongiu s'accroche à cet espoir, France Bleu Lorraine a recueilli son témoignage depuis sa cellule qatari.

"L'espoir vient du fait qu'une procédure a été menée par le ministère des affaires étrangères française, à savoir envoyer une demande de transfèrement afin que je puisse effectuer ma peine de prison non pas au Qatar mais en France et la possibiloté de voir, au parloir, ma famille. Chaque jour en me réveillant, je me motive en me disant, aujourd'hui tu sors et tant pis si le soir je suis déçu, je suis au comble du désespoir. Le matin, je me réveille avec un mental de guerrier".

Ses avocats pourraient aussi faire une demande de libération conditionnelle. Le qatar n'a pas encore donné sa réponse, le pays du golfe peut refuser le renvoi de Jean-Pierre Marongiu en France. En attendant, il écrit des livres, pour tuer le temps...