Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

En Espagne, le gouvernement de Mariano Rajoy renversé

vendredi 1 juin 2018 à 11:38 - Mis à jour le vendredi 1 juin 2018 à 13:56 Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon et France Bleu

Le congrès des députés a adopté ce vendredi matin à Madrid la motion de censure contre l'équipe sortante de Mariano Rajoy. Le socialiste Pedro Sanchez devient le nouveau chef du gouvernement espagnol.

Mariano Rajoy au congrès des députés à Madrid
Mariano Rajoy au congrès des députés à Madrid © Maxppp - JJ GUILLEN

C'est fait. Après un très long vote, où les députés espagnols se sont levés un par un dans l'hémicycle pour dire "si" ou "no" ("oui" ou "non"), le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a donc été renversé ce vendredi matin, par 180 voix pour, 169 contre et une abstention.

Le socialiste Pedro Sanchez devient automatiquement le nouveau chef du gouvernement espagnol, grâce notamment au soutien des élus basques du PNV, qui ont lâché Mariano Rajoy, englué dans des scandales de corruption, alors qu'ils le soutenaient jusqu'à présent.

Ce scénario semblait impensable il y a encore quelques semaines, tant Mariano Rajoy semblait passer entre les gouttes. L'opposition, morcelée au sein de l'hémicycle, semblait aussi divisée sur la conduite à tenir, puis finalement les socialistes ont pris le taureau par les cornes et ont déposé cette motion de censure, adoptée ce vendredi matin.

Ce renversement ressemble tout de même à un hold-up, car le Parti Socialiste (PSOE) est minoritaire, encore plus que le Parti Populaire (PP) de Mariano Rajoy. Le PSOE a donc dû s'associer avec Podemos, l'équivalent de la France Insoumise, mais aussi avec les Basques, ou les Catalans. Hold-up aussi car le mouvement qui est en pointe en ce moment, c'est Ciutadanos, le parti de centre-droit qui est au mieux dans les sondages. Le chef de parti Albert Rivera espérait lui de nouvelles élections.

Ce jour est en tout cas historique en Espagne. C'est la première fois qu'un gouvernement est déchu par une motion de censure, depuis la restauration de la démocratie en Espagne en 1978

Un impact sur la crise catalane ?

Ce renversement de gouvernement pourrait peut-être faire descendre la tension omniprésente en Catalogne. Même si Pedro Sanchez était solidaire avec Mariano Rajoy ces derniers mois sur la question de l'unité de l'Espagne, l'article 155 de la Constitution et la mise sous tutelle de la Catalogne, les socialistes semblent peut-être plus ouverts au dialogue que le Parti Populaire. Le PP notamment avait fait invalider en 2010 l'Estatut (le statut de la Catalogne) négocié par les Catalans avec le gouvernement socialiste de José Luis Zapatero. Arrivé au pouvoir en 2011, Mariano Rajoy n'avait pas repris les négociations. Et depuis, on assiste à une confrontation de blocs entre Barcelone et Madrid.

  - Visactu
© Visactu