Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Pologne, les femmes manifestent pour défendre leur droit à l'avortement

-
Par , France Bleu

Après une décision de justice du tribunal constitutionnel ce jeudi 22 octobre, le droit à l'avortement est devenu quasi-inexistant en Pologne. Des femmes se mobilisent alors que les associations estiment que 200.000 IVG clandestines ont lieu chaque année dans le pays.

Les femmes manifestent dans les rues de Pologne dimanche 25 octobre 2020 pour défendre leur droit à l'avortement.
Les femmes manifestent dans les rues de Pologne dimanche 25 octobre 2020 pour défendre leur droit à l'avortement. © AFP - FRANCOIS DEVOS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

"Nous en avons assez !", "Barbares !" : le cri des manifestantes polonaises a résonné dans les rues et les églises ce weekend. Des milliers de femmes se sont ainsi rassemblées dimanche dans les villes de Gdansk, Cracovie, Lodz, Rzeszow, ainsi que dans des douzaines de villes traditionnellement plus conservatrices.

Jeudi dernier, le Tribunal constitutionnel polonais a proscrit l’IVG en cas de malformation grave du fœtus, une décision a priori définitive, et contestée par l’opposition libérale et des organisations de défense des droits des femmes. Le jugement restreint le droit à l’avortement aux seuls cas de danger de mort pour la femme enceinte, et de grossesses résultant d’un viol ou d’un inceste.

200.000 avortements clandestins par an

Il y a moins de 2.000 avortements légaux en Pologne chaque année, à 98% pour des malformations du fœtus. Des actes désormais illégaux. Une catastrophe pour les associations féministes qui estiment déjà les avortements clandestins à 200.000 par an dans le pays. 

L'argument majeur des opposants au jugement est que cette quasi interdiction met la vie des femmes en danger en les forçant à mener à terme des grossesses non-viables, tandis que ses partisans assurent que cela évitera l'avortement de fœtus diagnostiqués avec une trisomie 21.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess