Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

États-Unis : accord de Paris, port du masque, mur avec le Mexique, les premiers décrets de Joe Biden

-
Par , France Bleu

Le 46e président américain, Joe Biden, a d'ores et déjà signé une série de décrets lors de son entrée à la Maison Blanche, ce mercredi. Parmi eux : le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat, la fin du retrait de l'OMS ou la suspension de la construction du mur avec le Mexique.

Le 46e président des Etats-Unis devait signer 17 "actions" dont une majorité de décrets dès sont premier jour à la Maison Blanche.
Le 46e président des Etats-Unis devait signer 17 "actions" dont une majorité de décrets dès sont premier jour à la Maison Blanche. © Maxppp - Doug Mills

Quelques heures seulement après sa prise de fonction, le président américain Joe Biden a signé mercredi une série de décrets dont l'un portant sur le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat. "Nous allons combattre le changement climatique comme nous ne l'avons jamais fait jusqu'ici", a-t-il déclaré depuis le Bureau ovale. Le chef de l'ONU Antonio Guterres a "chaleureusement" salué cette mesure, tout en appelant Joe Biden à fixer de nouveaux objectifs climatiques "ambitieux" pour les Etats-Unis.

Nommé émissaire spécial pour le climat, John Kerry a estimé que le retour des Etats-Unis dans cet accord "restaurait la crédibilité de l'Amérique", mais n'était qu'un point de départ. "C'est l'heure de se mettre au travail", a-t-il tweeté.

Parmi les mesures prises par Joe Biden : la révocation du décret de son prédécesseur autorisant la construction de l'oléoduc Keystone, un promesse de campagne. Le président américain aura d'ailleurs ce vendredi un entretien téléphonique avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, pour son premier échange avec un dirigeant étranger. Ce projet de pipeline entre les Etats-Unis et le Canada, soutenu par Ottawa mais critiqué par les écologistes, avait été lancé en 2008, annulé une première fois par Barack Obama pour des raisons environnementales puis remis sur les rails par Donald Trump pour des raisons économiques.

Un pays en pleine pandémie

Le 46e président américain, qui affiche sa volonté de s'attaquer immédiatement aux multiples crises en cours, a signé devant les caméras un autre décret pour lutter contre la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 400.000 morts dans le pays. Le document rend obligatoire le port du masque dans les bâtiments fédéraux, les transports entre les Etats et pour les fonctionnaires fédéraux.

A peine intronisé, le président américain Joe Biden a prévenu que son pays allait entrer dans "la phase la plus mortelle du virus", alors que le bilan aux Etats-Unis dépasse désormais celui des soldats américains tués pendant la Seconde Guerre Mondiale. Joe Biden prévoit également de mettre un terme au retrait de Washington de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Dès ce jeudi, le célèbre immunologue Anthony Fauci représentera les Etats-Unis à une réunion de l'OMS.

Politique migratoire

La presse a ensuite été priée de quitter les lieux, mais une pile de documents à parapher restait visible sur le bureau présidentiel. Selon ses conseillers, Joe Biden devait prendre 17 mesures présidentielles dès le premier jour de son mandat, pour revenir sur les mesures phares de Donald Trump.

Le démocrate devait notamment annuler un décret migratoire controversé qui interdit aux ressortissants de pays en majorité musulmans d'entrer aux Etats-Unis, et suspendre les travaux de construction d'un mur à la frontière avec le Mexique, mesure saluée par le gouvernement mexicain. 

"Le Mexique salue la fin de la construction du mur", a tweeté le ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcelo Ebrard. Ce mur "anti-migrants" était une promesse phare de l'ancien président américain, Donald Trump, faite lors de sa campagne présidentielle en 2016.

Joe Biden présentera aussi devant le Congrès un projet de réforme migratoire, qui permettra notamment de régulariser la situation de quelque 700.000 "Dreamers", ces jeunes adultes entrés clandestinement aux Etats-Unis pendant leur enfance et qui y ont toujours vécu depuis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess