Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Ex-espion russe empoisonné en Angleterre : "Une attaque inacceptable", dénonce Emmanuel Macron

mardi 13 mars 2018 à 19:43 Par Marina Cabiten, France Bleu

La France prend partie ce mardi dans l'affaire de l'ancien espion russe empoisonné en Angleterre. Il s'agit pour Emmanuel Macron d'une "attaque inacceptable", qu'il condamne officiellement. Le Président apporte ainsi son soutien à Londres, en conflit ouvert avec Moscou.

Des militaires mobilisés sur l'enquête autour de l'empoisonnement d'un ancien espion russe, à Londres.
Des militaires mobilisés sur l'enquête autour de l'empoisonnement d'un ancien espion russe, à Londres. © AFP - ADRIAN DENNIS

Emmanuel Macron, informé lundi soir par la Première ministre britannique Theresa May des résultats de l'enquête sur l'empoisonnement de l'ancien espion russe Sergueï Skripal, "condamne une attaque inacceptable", a indiqué l'Élysée mardi. 

Crise diplomatique entre Londres et Moscou

"Mme May a informé le président de la République des résultats de l'enquête menée au Royaume-Uni sur l'utilisation d'un agent neurotoxique dans la tentative d'assassinat de Sergueï et Ioulia Skripal et des réponses attendues de la Russie", a indiqué la présidence française. "Le président de la République a condamné une attaque inacceptable et rappelé l'engagement de la France dans la lutte contre l'impunité d'utilisation d'armes chimiques", ajoute le communiqué. 

Contrairement à Angela Merkel, le Président français ne commente pas dans ce bref communiqué les accusations de Londres qui juge Moscou très probablement responsable de empoisonnement. La chancelière allemande a quant à elle déclaré mardi qu'elle prenait "extrêmement au sérieux" l'avis du gouvernement britannique sur une responsabilité russe, et exhorté Moscou à "répondre rapidement aux questions légitimes du gouvernement britannique".  

Les États-Unis soutiennent aussi les Britanniques

Donald Trump a également affirmé mardi que les Etats-Unis étaient "sans réserve" avec la Grande-Bretagne dans cette affaire. "Le président Trump a dit que les Etats-Unis étaient sans réserve avec le Royaume-Uni, admettant que le gouvernement russe devait fournir des réponses sans ambiguïté pour savoir comme il a été possible d'utiliser ce gaz neurotoxique", a dit un porte-parole de la Première ministre britannique. La Maison blanche a confirmé les propos tenus par Donald Trump lors d'une conversation téléphonique avec Theresa May.

La Russie s'est dite en retour "innocente" et "prête à coopérer", à condition d'avoir accès à la substance chimique responsable de l'empoisonnement. L'ambassade de Russie à Londres a annoncé mardi avoir demandé au gouvernement britannique l'ouverture d'une "enquête conjointe" et affirme également que la Russie ripostera à toute mesure de représailles qui pourrait être décidée par Londres.

Un nouvel incident mystérieux

Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, ont été retrouvés inconscients le 4 mars sur un banc de Salisbury (sud de l'Angleterre), où vivait l'ex-espion. Ils sont toujours hospitalisés dans un état critique, tandis qu'un policier est dans un état grave. Ils ont été empoisonnés par un agent innervant, substance chimique qui agit sur le système nerveux et peut entraîner la mort. 

Lundi, un autre Russe, proche d'un opposant au Kremlin, a été trouvé mort dans des circonstances inexpliquées à Londres, selon les médias britanniques et russes. La police anti-terroriste britannique a indiqué mardi s'être saisie de l'enquête "par précaution et à cause des relations qu'avait cet homme". Elle a souligné dans son communiqué qu'elle n'avait "pas de preuve d'un lien avec l'incident à Salisbury"

  - Visactu
© Visactu -