Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EXCLU - "On est utile", témoignent trois militaires ardennais engagés dans l'opération Barkhane

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Trois soldats du 3ème régiment du génie de Charleville-Mézières (Ardennes) viennent de revenir de leurs missions au Mali et au Niger. Missions dans le cadre de l'opération Barkhane menée par l'armée française pour lutter contre le terrorisme au Sahel. Ils racontent leur expérience à France Bleu.

De gauche à droite, la première classe Mégane, le sergent Geoffrey et le capitaine Pierre, dans leur caserne du 3ème régiment du génie de Charleville-Mézières (Ardennes).
De gauche à droite, la première classe Mégane, le sergent Geoffrey et le capitaine Pierre, dans leur caserne du 3ème régiment du génie de Charleville-Mézières (Ardennes). © Radio France - Stéphane Maggiolini

Ce sont des témoignages exceptionnels. Trois soldats du 3ème régiment du génie de Charleville-Mézières viennent de revenir de leurs missions au Mali et au Niger. Missions dans le cadre de l'opération Barkhane menée par l'armée française pour lutter contre le terrorisme au Sahel. La première classe Mégane, le sergent Geoffrey et le capitaine Pierre ont accepté de raconter à France Bleu Champagne-Ardenne, leur expérience et leurs actions sur le terrain.

Image fournie par le 3ème régiment du Génie de Charleville
Image fournie par le 3ème régiment du Génie de Charleville

Trop dangereuse, peu rentable : les critiques à l'égard de Barkhane sont nombreuses. Est-ce qu'elles vous touchent ?

"Non, je ne pense pas. On sait ce qu'on a fait sur le terrain, l'apport qu'on a donné pendant la mission et les résultats sur le terrain. On travaille main dans la main avec les forces alliées, ils nous aident car ils connaissent la zone, c'est chez eux, et nous on leur apporte notre façon de faire", répond le colonel Pierre évoquant sa fierté, tout comme celle de ses frères d'armes, de participer à une telle opération. "S'engager dans l'armée c'est une chose, y rester en est une autre, ça montre qu'on se sent utile, on a pas de doute sur ça", ajoute la première classe Mégane.

Plus de 50 soldats tombés depuis l'engagement de la France au Sahel, dans quel état d'esprit êtes-vous lorsque vous apprenez une mort dans vos rangs ?

"On y est préparé, la mort fait partie des risques on le sait. Quoi qu'il arrive on continue la mission, c'est le sens de notre engagement et c'est quelque part faire honneur à nos soldats morts au combat. Mais ça nous empêche pas d'en parler après les missions, ça nous permet de relâcher la pression. On en parle surtout avec les plus jeunes parce qu'on ne réagit pas tous pareil, la mort d'un frère d'armes, qu'on le connaisse ou pas face, c'est toujours malheureux. On insiste surtout sur le fait que l'on doit continuer notre travail", dit le Sergent Geoffrey.

En quoi consiste votre travail sur place ?

"Notre mission principale c'est la lutte contre les IED, les explosifs artisanaux placés par les terroristes pour nous piéger, pour faire des morts. C'est la menace principale sur cette opération. Notre cœur de métier c'est d'ouvrir la voie, de la sécuriser. Cela passe aussi par des fouilles, d'itinéraires, d'habitations", détaille le capitaine Pierre. 

Image fournie par le 3ème régiment du Génie de Charleville
Image fournie par le 3ème régiment du Génie de Charleville

Première classe Mégane, c'était votre première opération Barkhane, qu'en retenez-vous ?

"Oui c'était la première, c'est un aboutissement quelque part, quand on veut s'engager c'est pour ça, pour le terrain. Ça fait plaisir de voir que ce que l'on apprend à l’entraînement on peut le mettre en pratique. À notre retour en France on parle beaucoup, notamment entre jeunes soldats, on se remémore les moments de rigolade, les bons moments. On échange aussi avec ceux qui sont déjà revenus de l'opération. On sent aussi beaucoup de fierté chez nos proches, et chez nous aussi. Eux sont fiers de nous voir revenir en vie, nous on est fier d'y avoir été", témoigne la première classe Mégane.

La première classe Mégane, le sergent Geoffrey et le capitaine Pierre du 3ème régiment du génie de Charleville-Mézières (Ardennes).

Image fournie par le 3ème régiment du Génie de Charleville
Image fournie par le 3ème régiment du Génie de Charleville
Choix de la station

À venir dansDanssecondess