Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fin du "shutdown" aux États-Unis

-
Par , France Bleu

Le "shutdown" est terminé. Dans la nuit de mercredi à jeudi, Barack Obama a signé la loi votée un peu plus tôt par le Congrès américain, qui permet de relever provisoirement le plafond de la dette. L'administration peut fonctionner à nouveau, après deux semaines de blocage.

Barack Obama
Barack Obama © Maxppp

Barack Obama, président des Etats-Unis, a signé dans la nuit de mercredi à jeudi la loi sur la dette, et mis fin au "shutdown". Un compromis de dernière minute a été trouvé au Congrès, pour éviter in extremis le défaut de paiement du pays. Après deux semaines de blocage, l'administration va pouvoir fonctionner à nouveau.

Retour au bureau jeudi matin

Les employés fédéraux devront donc être de retour à leur poste ce jeudi matin. C'était la conséquence la plus impressionante de ce "shutdown", l'administration se retrouvant, depuis le 1er octobre, au chômage technique. Quelques 800.000 fonctionnaires chez eux, faute de crédits budgétaires, faute de loi.

Solution temporaire

A la date butoir du 1er octobre, républicains et démocrates n'avaient pas trouvé d'accord sur une nouvelle loi de finances pour les 3 prochaines années, c'est ce qui avait entraîné ce blocage. La solution adoptée la nuit dernière est temporaire, et ne règle pas leurs désaccords. Mais elle permet au moins à la première puissance économique mondiale de continuer à honorer ses engagements financiers.    Barack Obama, qui ne s'était pas gêné pour exprimer sa grande colère suite à ce blocage, a souligné que son administration n'avait désormais plus de temps à perdre pour s'attaquer aux grands dossiers de la fin d'année, comme l'adoption des lois sur l'immigration et l'agriculture et la finalisation du budget.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess