Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
International

Attaque en Nouvelle-Zélande : un extrémiste de droite tire dans deux mosquées et fait 49 morts

vendredi 15 mars 2019 à 5:19 - Mis à jour le vendredi 15 mars 2019 à 19:44 Par Germain Arrigoni et Nathalie Delpeyrat, France Bleu

Au moins 49 personnes ont été tuées et vingt blessées dans des attaques contre deux mosquées bondées de la ville néo-zélandaise de Christchurch durant la prière du vendredi, selon les autorités. Le tireur a été identifié comme étant un Australien, "terroriste d'extrême droite".

Les policiers près de l'une des mosquées où se sont produites les attaques, à Christchurch.
Les policiers près de l'une des mosquées où se sont produites les attaques, à Christchurch. © AFP - Tessa BURROWS

Quarante-neuf morts. C'est le bilan encore provisoire des attaques contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande dans la ville de Christchurch, selon les autorités néo-zélandaises. Les attaques ont eu lieu durant la prière du vendredi.

"Terroriste d'extrême droite et violent"

La police, qui avait annoncé plus tôt avoir déployé des officiers armés dans plusieurs lieux de la ville, a dit avoir neutralisé des engins explosifs fixés sur plusieurs véhicules. L'auteur présumé de cette attaque d'un genre inédit, un Australien de 28 ans, terroriste d'extrême droite, a été arrêté et inculpé de meurtres. Il doit comparaître samedi devant le tribunal du district de Christchurch. Deux autres hommes sont en garde à vue. Les autorités bulgares ont également annoncé qu'elles enquêtaient sur un séjour du tireur en Bulgarie _"du 9 au 15 novembre 2018". Le Premier ministre australien Scott Morrison a décrit le tireur comme un "terroriste extrémiste, de droite et violent"._

Le tireur présumé a filmé l’attaque en direct

Dans une vidéo de 17 minutes diffusée en direct sur Facebook, et très vite supprimée par la plateforme, le tireur s’est filmé ouvrant le feu sur les fidèles des deux mosquées.

Avant de passer à l'action, l'homme, qui se présente comme un blanc de la classe ouvrière aux bas revenus, a publié sur Twitter un "manifeste" raciste de 74 pages intitulé "Le grand remplacement", en référence à une théorie née en France et populaire dans les milieux d'extrême droite selon laquelle les "peuples européens" seraient "remplacés" par des populations non-européennes immigrées. Le document détaille deux années de radicalisation et de préparatifs. Il affirme que les facteurs déterminants dans sa radicalisation ont été la défaite à la présidentielle française de 2017 de la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen et la mort de la petite Ebba Åkerlund à 11 ans dans l'attaque au camion-bélier de 2017 à Stockholm.

Des témoignages glaçants 

Au moment de la fusillade, la mosquée était remplie de fidèles, dont les membres de l'équipe nationale de cricket du Bangladesh. Ceux-ci sont ressortis indemnes. Un témoin a raconté au site internet d'information Stuff.co.nz qu'il était en train d'y prier quand il a entendu des tirs. En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant l'édifice religieux.  Un autre homme a dit avoir vu des enfants se faire abattre. "J'avais des corps partout sur moi".  Un témoin a expliqué à Radio New Zealand qu'il avait entendu des coups de feu et vu quatre personnes gisant au sol, "avec du sang partout".

La ville de Christchurch bouclée - Maxppp
La ville de Christchurch bouclée © Maxppp - Martin Hunter
  - Maxppp
© Maxppp -

Emmanuel Macron dénonce "des crimes odieux", surveillance accrue des lieux de cultes en France 

Emmanuel Macron a dénoncé vendredi "des crimes odieux", soulignant que "la France se dresse contre toute forme d'extrémisme". Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a rappelé avoir envoyé "un message à l'ensemble des préfets pour que, dans les jours qui viennent, l'ensemble des sites religieux, je pense aux mosquées, aux églises, aux synagogues, fasse l'objet d'une vigilance particulière et qu'il y ait une mobilisation particulière pour accompagner celles et ceux qui, dans le pays laïc que nous sommes, ont le droit de pratiquer leur culte dans des conditions de sécurité maximum".

  - Visactu
© Visactu -