Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Sommet du G7 : pourquoi la tension monte entre Donald Trump et les dirigeants des autres pays

vendredi 8 juin 2018 à 16:05 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Le G7, qui commence ce vendredi au Québec, s'annonce très tendu entre Donald Trump et les dirigeants des autres pays. A l'origine de ces tensions, la guerre commerciale mondiale déclenchée par le président américain, qui a imposé des taxes sur l'acier et l'aluminium à ses alliés historiques.

Donald Trump ce vendredi, avant son départ de la Maison blanche.
Donald Trump ce vendredi, avant son départ de la Maison blanche. © Maxppp - Chris Kleponis/picture alliance/Consolidated/Newscom

Le G7, qui réunit les dirigeants des États-Unis, du Canada, de la France, de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de l'Italie et du Japon se tient ce vendredi et samedi à Charlevoix, au Québec. Mais le sommet arrive après des semaines de tensions de plus en plus fortes entre Donald Trump et les dirigeants des autres pays. Donald Trump quittera d'ailleurs le sommet du G7 plus tôt que prévu samedi. À l'origine de ces tensions, la guerre commerciale déclenchée par les États-Unis, qui ont décidé de taxer les importations.

Une guerre commerciale déclenchée par Trump 

Ce sont les fameux droits de douane qui provoquent ces bisbilles. Lors de sa campagne présidentielle, avec son slogan "America First", Donald Trump avait promis de protéger l'industrie américaine d'une concurrence des autres pays, qu'il juge injuste. Le président américain a tenu sa promesse : il a imposé des droits de douane de 25% sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance du Canada, du Mexique et de l'Union européenne. Ces taxes sont entrées en vigueur dès le 1er juin. 

Les représailles de l'Europe et du Canada

En représailles, le Canada et le Mexique ont également annoncé des droits de douane très élevés sur des produits importés des États-Unis. L'Union européenne a également annoncé sa riposte : des droits de douane de 25% sur certains produits américains, comme les jeans, le bourbon, le beurre de cacahuète ou les motos, qui doivent entrer en vigueur en juillet.

Macron et Trudeau ne se laisseront pas intimider 

Dans ce contexte international très tendu, et avant même le début du sommet, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président français Emmanuel Macron ont prévenu  Donald Trump qu'ils ne se laisseraient pas intimider par ses menaces de guerre commerciale. "Peut-être que ça est égal au président américain  aujourd'hui d'être isolé mais nous ça nous est aussi égal d'être à six si besoin était", a avertit le chef de l'Etat français.

"J'ai été poli, j'ai été respectueux, mais on a aussi été toujours très, très ferme sur les intérêts de notre pays, de nos citoyens et sur nos valeurs", a abondé Justin Trudeau. Il a d'ailleurs qualifié de "risible" l'argument invoqué par le président américain pour justifier son offensive protectionniste, à savoir préserver la "sécurité nationale" des Etats-Unis.

La réplique de Donald Trump aux critiques 

Donald Trump a, logiquement, répliqué aux critiques de Justin Trudeau et d'Emmanuel Macron. "Veuillez dire au Premier ministre Justin Trudeau et au président Macron qu'ils imposent des droits de douane énormes aux Etats-Unis et qu'ils créent des barrières douanières non-monétaires", a lancé le président américain sur Twitter ce vendredi.

Un terrain d'entente impossible à trouver ? 

Emmanuel Macron, qui avait fait tout son possible pour tisser des liens d'amitié avec Donald Trump, a assuré que les six membres du G7 hors Etats-Unis tenteraient de convaincre le président américain d'infléchir ses politiques protectionnistes. Mais selon le principal conseiller économique de la Maison blanche, Trump ne se départira pas de sa ligne sans concession. 

La rupture est telle que le communiqué final de ce G7, habituellement commun, pourrait n'être signé que par le Canada, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie et le Japon.

  - Visactu
© Visactu -