International

Gabon : violents affrontements après la présidentielle, l'assemblée nationale incendiée

Par Géraldine Houdayer, France Bleu jeudi 1 septembre 2016 à 7:58

Ali Bongo vient d'être réélu président du Gabon avec un score contesté.
Ali Bongo vient d'être réélu président du Gabon avec un score contesté. © Maxppp - Sébastien Muylaert

De violents affrontements ont éclaté à Libreville, la capitale du Gabon, après la victoire contestée d'Ali Bongo à la présidentielle. L'opposant Jean Ping annonce deux morts dans son camp. L'assemblée nationale a été incendiée. La France demande l'arrêt "au plus vite" des affrontements.

Ce jeudi matin, le centre de Libreville, la capitale gabonaise, est désert. Après les affrontements de la nuit, il est totalement bouclé par la police et par les blindés de la gendarmerie. Les violences se sont atténuées, mais les forces de l'ordre continuent les arrestations aux abords du QG de campagne de Jean Ping, le candidat malheureux à la présidentielle. Des scènes de pillages, sans violences, ont été vues dans des quartiers périphériques. Les communications téléphoniques et internet sont coupées.

L'opposant d'Ali Bongo annonce deux morts dans son camp

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la situation était extrêmement tendue après les résultats de l'élection présidentielle. L'assemblée nationale a été incendiée. Et ce jeudi matin, Jean Ping, l'opposant au président réélu Ali Bongo, annonce que deux personnes ont été tuées et plusieurs blessées dans l'assaut des forces de sécurité gabonaises contre son quartier général.

La France demande à ses ressortissants de rester chez eux

Ce jeudi matin, la France demande l'arrêt "au plus vite" des affrontements. Le ministre des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, appelle toutes les parties à la plus grande retenue. Jean Ping, lui, demande une aide internationale. "Le peuple gabonais est en danger, il faut venir nous aider contre le clan Bongo", affirme l'opposant. La France compte 14.000 ressortissants au Gabon. Le quai d'Orsay les appelle à rester chez eux.

Un résultat très serré 

Ces affrontements interviennent quelques heures après l'annonce de la réélection du président sortant Ali Bongo pour un deuxième septennat, avec 49,80% des suffrages devant son rival Jean Ping, qui a obtenu 48,23% des voix. La France a demandé la publication des résultats de tous les bureaux de vote du Gabon, relayant une demande de l'Union européenne et de l'opposition. La diplomatie américaine a également fait cette demande.

Le siège de l'Assemblée nationale, sur le boulevard Triomphal, a été incendié mercredi soir. - Aucun(e)
Le siège de l'Assemblée nationale, sur le boulevard Triomphal, a été incendié mercredi soir. -

Partager sur :