Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Gaza : MSF Logistique ne peut acheminer les médicaments

mercredi 6 août 2014 à 6:00 Par Romain Dézèque, France Bleu Gironde

A Mérignac est installée la plateforme d'approvisionnement de Médecin sans frontières (MSF). C'est de là que partent les médicaments et le matériel d'urgence en France. Depuis le début du conflit à Gaza, MSF Logistique ne peut acheminer les commandes au Proche-Orient. Explications.

L'entrepôt de MSF Logistique
L'entrepôt de MSF Logistique © Radio France

Le site de MSF Logistique a une capacité de stockage de 12.800 m². Autant de place qui pourrait accueillir médicaments, marériel de secours à destination des populations civiles gazaouies. Sauf que pour ce conflit, et même depuis l'opération "Plomb durci" de 2009, MSF ne peut plus livrer directement dans la bande de Gaza.

Selon MSF Logistique, Israël a bloqué les importations de matériel. Ce qui n'empêche pas l'acheminement. Les ONG doivent simplement acheter localement le matériel (en Palestine ou en Israël) avant de passer les checkpoints pour pouvoir livrer les soins de premiers secours dans les hôpitaux gazaouis. "Le marché israëlien est très fourni donc on peut acheter localement mais après il y a une sélection et un contrôle des produits" explique Philippe Cachet, directeur du site de Mérignac.

"Il semble qu'il y ait une disproportion phénoménale entre l'opération menée et le nombre de victimes." — Philippe Cachet, directeur de MSF Logistique

Le retrait des troupes israëliennes sur place, conjugué à une trêve de 72 heures, peuvent permettre aux ONG un accès plus facile aux populations sinistrées. "Les dernières opérations ont fait énormément de blessés. Si cette trêve est durable, ce ne peut être que bénéfique pour qu'on puisse soigner les civils blessés. Au moins on sait que les ambulances peuvent rejoindre les structures hospitalières" ajoute Philippe Cachet. Le directeur du site assure sa neutralité, ce qui ne l'empêche pas de poursuivre : "Il semble tout de même qu'il y ait une disproportion assez phénoménale entre l'opération menée et puis le nombre de victimes, de réfugiés et de déplacés."

MSF Logistique ne peut pas livrer directement Gaza