Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le centenaire de la bataille de Vimy

VIDÉOS - Grande Guerre : il y a 100 ans, la bataille de Vimy

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord, France Bleu Picardie, France Bleu
Vimy, France

Le 9 avril 1917, les soldats canadiens prennent d'assaut la crête de Vimy, solide position allemande depuis le début de la Grande Guerre. Trois jours plus tard, le 12 avril au soir, les Canadiens remportent la victoire. Mais la bataille a fait près de 3.600 morts et quelques 7.000 blessés.

Le 9 avril 1917, les Canadiens lancent l'offensive contre les Allemands sur la Crête de Vimy. Trois jours plus tard, ils remportent la bataille
Le 9 avril 1917, les Canadiens lancent l'offensive contre les Allemands sur la Crête de Vimy. Trois jours plus tard, ils remportent la bataille © Maxppp - Eric Turpin / Radio France

Lundi 9 avril 1917. Il est 5h30 du matin. Le jour est à peine levé. Les soldats canadiens passent à l’offensive pour reprendre aux Allemands la crête de Vimy qu’ils occupent depuis le début de la Première Guerre mondiale.

La colline de Vimy est une position en hauteur entre Arras et Lens. Elle culmine à 147 mètres d’altitude. C’est un point de vue stratégique qui permet aux Allemands de protéger les mines de charbons.

Le froid et la neige

Ce lundi de Pâques, il neige. Le terrain est boueux. Malgré ces conditions difficiles, les soldats canadiens progressent vite. A midi, ils ont déjà repris une partie de la crête de Vimy. Les Allemands résistent. Trois jours plus tard, le 12 avril au soir, les Canadiens ont pris le dessus. Ils contrôlent la totalité de la crête.

Mais les pertes sont lourdes dans les rangs canadiens. La bataille de Vimy fait près de 3 600 morts et quelques 7 000 blessés sur les 30 000 hommes qui participent directement à l’attaque contre les Allemands.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Une solide défense allemande

Ce n’était pas la première tentative pour reprendre la crête de Vimy. Les soldats français et britanniques avaient mené plusieurs offensives depuis le début de la Première Guerre mondiale. Ils n'étaient pas parvenus à faire tomber l'adversaire.

Il faut dire que les Allemands ont construit des fortifications en béton, creusé de tranchées, installé des kilomètres de fils barbelés, mais surtout creusé de nombreux souterrains minés. Ils pouvaient ainsi faire sauter l’ennemi quand il s’approchait.

Plan de l'offensive sur la crête de Vimy le 9 avril 1917
Plan de l'offensive sur la crête de Vimy le 9 avril 1917 - © Bibliothèque et Archives Canada

Guerre souterraine et artillerie

Pour mettre à mal la défense allemande et reprendre la crête de Vimy, les Britanniques et les Canadiens revoit leur stratégie. La préparation de l'offensive va prendre plusieurs mois.

Les soldats britanniques vont amener une quantité impressionnante de matériel, des centaines de canons, des tonnes de munitions. Ils installent des campements gigantesques dans une cinquantaine de villages à l'arrière du front. Ils aménagent des carrières souterraines, notamment à Arras, pour se protéger de l'artillerie allemande. Des carrières qui pouvaient accueillir jusqu'à 24.000 soldats.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Les Britanniques et les Canadiens creusent de longs tunnels sous la crête de Vimy pour déboucher au plus près des lignes allemandes. Ils mènent des raids sur les lignes adverses pour connaître la position des troupes. Grâce aux milliers de photographies aériennes, ils peuvent établir des cartes précises.

Quelques jours avant l'offensive, les Britanniques et les Canadiens bombardent la crête de Vimy pour affaiblir les défenses allemandes. Une stratégie payante. Le 9 avril 1917 à 5h30, les troupes passent à l'attaque, soutenus par les tirs d'obus. Les Allemands ne résistent pas face à un tel rouleau compresseur.

A ECOUTERL'historien Yves Le Maner raconte les batailles d'Arras et de Vimy

Le Mémorial de Vimy

A la fin de la Première Guerre mondiale, en guise de reconnaissance, la France offre au Canada une parcelle de terre sur laquelle un mémorial est construit. Inauguré le 26 juillet 1936, il rend hommage aux 66.000 soldats canadiens tués en France pendant la Première Guerre mondiale.

Le monument est constitué de deux pylônes 40 mètres de hauteur. Ils symbolisent la France et le Canada. On peut voir aussi la statue de femme voilée, tournée vers l'est. Elle représente la jeune nation du Canada, qui pleure ses fils tombés au combat.

Sont inscrits sur la pierre blanche, les noms de 11 285 soldats canadiens portés disparus pendant la Première Guerre mondiale en France.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess