Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Grève générale, transports paralysés : à Hong Kong, les manifestants prodémocratie défient le pouvoir

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Avions annulés, métros bloqués, défilés dans les rues : les militants franchissent un nouveau pallier dans leur mobilisation contre la mainmise de la Chine sur l'île et comptent paralyser la ville pour faire pression. Depuis le début du mouvement, la police a interpellé 420 manifestants.

Des tensions éclatent à Hong Kong entre passagers et manifestants qui bloquent le métro ce lundi 5 août 2019.
Des tensions éclatent à Hong Kong entre passagers et manifestants qui bloquent le métro ce lundi 5 août 2019. © Maxppp - Miguel Candela

La mobilisation des habitants de Hong Kong franchit un cap. Les manifestants pro-démocratiques tentent de paralyser la ville ce lundi 5 août 2019 avec une grève générale. Ils bloquent les rames des métros, occupent l'aéroport international et manifestent dans les rues pour augmenter la pression sur les autorités pro-Pékin. Cela fait maintenant plusieurs mois que les militants sont mobilisés contre l'emprise de la Chine de plus en plus importante sur l'île, ex-colonie britannique, notamment après un projet de loi hongkongais qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine, suspendu pour l'instant. 

Des centaines de vols annulés, des métros bloqués

Des manifestants ont pénétré dans l'aéroport international de Hong Kong, l'un des plus fréquentés du monde, qui permet de faire de nombreuses liaisons entre l'Asie et les autres continents, ce qui provoque l'annulation de plus de 100 vols au départ.

Après des affrontements dimanche soir, notamment à Causeway Bay, un quartier très commerçant, d'autres sont descendus dans des stations de métro à l'heure de pointe et ont maintenu délibérément les portes de wagons ouvertes pour empêcher les rames de partir, provoquant de longues files d'attente et causant parfois des accrochages entre des usagers en colère et des manifestants.  

Ce lundi est le quatrième jour consécutif de mobilisation, après une marée humaine dans certains quartiers de Hong Kong dimanche soir. La police a encore utilisé plusieurs fois du gaz lacrymogène pour déloger des contestataires dans certaines artères de la ville. 

En tout, 14.000 travailleurs d'une vingtaine de secteurs se sont engagés à descendre dans la rue ce lundi pour la grève générale. 

Les manifestants "tentent de détruire Hong Kong"

La police a dressé le bilan de son intervention suite au début du mouvement en juin : elle a procédé à 420 arrestations, 1.000 tirs de lacrymogène et 310 tirs de type LBD, lanceur de balle de défense.

Face à la mobilisation qui s'intensifie, Carrie Lam, la dirigeante de l'exécutif pro-Pékin, a tenu une conférence de presse ce lundi matin. "Cela vise à renverser Hong Kong, à détruire complètement la précieuse vie de plus de sept millions de personnes", a-t-elle affirmé.

Elle réaffirme : "Le gouvernement sera ferme pour maintenir la loi et l'ordre et rétablir la confiance."