Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Guerre de la coquille Saint-Jacques : "C'est difficile de discuter avec les Anglais"

mercredi 29 août 2018 à 8:22 Par Benoît Martin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Pêcheurs normands et britanniques se sont livrés à une véritable bataille navale mardi matin en Baie de Seine. Au cœur du conflit : les pratiques de pêche à la coquille Saint-Jacques. Les explications de Dimitri Rogoff, président du Comité régional des pêches de Normandie.

© Radio France - David Ademas

Après les fortes tensions qui se sont produites en mer entre pêcheurs normands et britanniques dans la nuit de lundi à mardi 28 août 2018 en Baie de Seine, le président du Comité régional des pêches de Normandie, Dimitri Rogoff, répond aux questions de France Bleu Cotentin ce mercredi. 

Comment se fait-il que ces tensions autour de la pêche à la coquille Saint-Jacques réapparaissent chaque année ?

Cette opposition revient car on n'a pas réussi à trouver des accords satisfaisants avec les Britanniques sur le partage de cette ressource. On a deux flotilles totalement différentes. D'un côté les petits bateaux normands, artisanaux, et de l'autre côté, des bateaux usines qui congèlent à bord, qui viennent d'Ecosse. Quelque part, c'est du pillage. Cela fait des années qu'on discute pour essayer de mieux partager, mais on n'y arrive pas.

Comment expliquer qu'on ne se mette pas d'accord sur une date commune pour débuter la pêche à la coquille ?

Le problème, c'est que la coquille n'est pas une espèce gérée par l'Europe et soumise à des quotas. Chaque Etat gère comme il le souhaite. Et du coup, certains pêcheurs se sont reportés sur cette espèce car c'est plus facile, c'est plus libre. La solution c'est de s'entendre avec ses voisins mais avec le Brexit qui arrive, c'est plus compliqué de discuter avec les Anglais. Normalement, le 29 mars prochain, si le Brexit est effectif, les marins anglais ne pourront plus venir car ils seront exclus des eaux communautaires, mais ça présentera aussi d'autres problèmes pour nos bateaux. 

Si les pêcheurs britanniques continuent à pêcher d'ici le 1er octobre, la campagne de pêche pour les bateaux normands sera-t-elle compromise ?

Non. Certes ils enlèvent le plus facile, mais la zone est grande et puis il ne peuvent pas rentrer dans la zone protégée, (la plus proche des côtes) donc les pêcheurs français pourront malgré tout assurer une saison correcte.

Y a-t-il des risques de nouvelles tensions ?

On va les revoir prochainement, on ne veut pas les empêcher de travailler, ce n'est pas une guerre, mais il faut qu'ils s'éloignent des eaux territoriales et restent au nord des 20 milles.