Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Hong Kong : des manifestants ont bloqué de nouveau l'aéroport, l'armée chinoise "à la frontière" selon Trump

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Des centaines de militants pro-démocratie ont encore manifesté à l'aéroport international de Hong Kong ce mardi, au lendemain d'un rassemblement de milliers d'entre eux qui avait provoqué l'annulation de tous les vols au départ et à l'arrivée du 8e aéroport mondial.

Ce lundi, quelques 5.000 manifestants se sont rassemblés dans l'aéroport international de Hong Kong.
Ce lundi, quelques 5.000 manifestants se sont rassemblés dans l'aéroport international de Hong Kong. © AFP - PHILIP FONG

Ce lundi, tous les vols au départ ou à l'arrivée de Hong Kong ont été annulés à cause d'une manifestation qui a réunie plusieurs milliers de militants qui défendent la démocratie face aux ingérences de la Chine. Si les enregistrements des passagers ont repris à l'aube ce mardi matin, plusieurs centaines de manifestants ont ré-investi le terminal du huitième aéroport mondial, pour une nouvelle journée de mobilisation. C'est le quatrième jour de ce rassemblement pacifiste inédit dans l'aéroport, pour dénoncer les violences policières. 

La tension est montée d'un cran en fin de manifestation quand la police est entré dans l'aéroport, pour venir secourir un homme blessé. Les forces ont utilisé du gaz poivre contre les manifestants. 

"Lève-toi Hong Kong, lève-toi pour la liberté"

Si les militants étaient moins présents que ce lundi où ils étaient 5.000, la plupart d'entre eux avaient promis de revenir au fur et à mesure de la journée. Les manifestants vêtus de noir, signature du mouvement pro-démocratie, affluaient à l'aéroport ce mardi en clamant, "Lève-toi Hong Kong, lève-toi pour la liberté". Ils étaient plusieurs centaines, et le hub international est resté encore très perturbé. L'AFP rapporte que les manifestants ont bloqué les passagers en partance à l'aéroport de Hong Kong. Tous les vols ont été annulés ce mardi a annoncé l'aéroport dans un communiqué. 

Ce sont des actions pacifistes afin de sensibiliser les voyageurs à leur cause. Ils accusent également la police d'avoir recours à une violence disproportionnée, dans le but de réprimer les rassemblements. Ces dernières semaines la tension est montée d'un cran et les affrontements violents entre manifestants et la police ont été courants. Dans des échauffourées dimanche soir, une femme a été grièvement blessée au visage et a perdu un œil. 

"Des signes de terrorisme" 

La porte parole du Bureau des affaires de Hong Kong, Yang Guang, a attaqué directement les manifestants :  "Les manifestants radicaux de Hong Kong ont à plusieurs reprises eu recours à des objets extrêmement dangereux afin d'attaquer des policiers, ce qui constitue déjà un crime grave et révèle de premiers signes de terrorisme". 

De son côté la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, pro-Pékin, a déclaré ce mardi que les violences vont pousser "Hong Kong vers un chemin sans retour". "La situation au cours de la semaine écoulée m'a fait craindre que nous ayons atteint cette situation dangereuse. Je demande à nouveau à tout le monde de mettre leurs différences de côté et de se calmer", a t-elle poursuivi, les larmes aux yeux. 

L'armée chinoise "à la frontière avec Hong Kong" selon Trump

Ce mardi soir, le président américain assure qu'un déploiement de l'armée chinoise se positionne "à la frontière avec Hong Kong". Via un tweet, Donald Trump invite tout le monde à "rester calme"

Une crise sans précédent 

L'ex-colonie britannique traverse sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.  Parti début juin du rejet d'un projet de loi hongkongais qui voulait autoriser les extraditions vers Pékin, le mouvement s'est ensuite considérablement élargi pour dénoncer le recul des libertés dans le territoire, ainsi que les ingérences de la Chine dans les affaires intérieures. 

La mobilisation est de plus en plus marquée par des violences entre des manifestants et les forces de l'ordre. Ces derniers ont eu recours, a plusieurs reprises, à un usage disproportionné de la force avec de très violentes arrestations et des gaz lacrymogènes tirés dans le métro. 

La tension ne semble pas partie pour redescendre, deux médias publics, le Quotidien du peuple et le Global Times, émanations directes du Parti communiste, ont diffusé des vidéos avec des blindés de transports de troupes, se dirigeant vers Shenzhen, métropole aux portes de Hong Kong. La vingtaine de véhicules de la police militaire "se préparent à des exercices de grande ampleur", a affirmé le Global Times.