Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

VIDÉOS - Hong Kong : la Chine laisse planer le spectre d'une intervention armée

-
Par , France Bleu

La Chine va-t-elle intervenir pour mater la contestation qui s'étend à Hong Kong ? Des forces de l'ordre ont été massées à quelques kilomètres de la frontière ce jeudi, la raison de leur présence n'est officiellement pas connue.

La Chine a laissé circuler des images montrant qu'elle avait amassé des blindés et des camions de transport de troupes à Shenzen.
La Chine a laissé circuler des images montrant qu'elle avait amassé des blindés et des camions de transport de troupes à Shenzen. © AFP - STR

Les autorités chinoises pourraient recourir à la force pour reprendre le contrôle de Hong Kong, après deux mois d'agitation contre l'exécutif pro-Pékin, qui selon les manifestants menace la démocratie. Ce jeudi, la Chine a en tout cas massé des forces de l'ordre dans la ville de Shenzen, à quelques kilomètres de la frontière avec Hong Kong.

Une démonstration de force aux portes de Hong Kong

Selon l'AFP, des hommes en treillis, des camions et des blindés de transport de troupes ont été positionnés. Les hommes, appartenant apparemment à la police militaire, défilaient en rangs serrés, brandissant des drapeaux rouges, ou s'entraînaient à la course à pied, alors que d'autres circulaient à moto à l'extérieur du stade, situé à moins de 7 km de la frontière.

La Chine n'a pas confirmé que ces mouvements de troupes auguraient un recours à la force, mais Pékin a laissé planer ces derniers jours le spectre d'une intervention pour rétablir l'ordre dans l'ex-colonie, les médias de Pékin diffusant des vidéos montrant des convois militaires se dirigeant vers Shenzhen.

La police militaire, chargée notamment du maintien de l'ordre, dépend de la Commission militaire centrale (CMC), un organe dirigé par le président Xi Jinping en personne.

Timide réaction des USA, la communauté internationale silencieuse

La communauté internationale est, d'une manière générale, restée très discrète sur le sujet depuis le début des manifestations. Ces mouvements de troupes ont toutefois poussé les États-Unis à réagir. "Je n'ai aucun doute que si le président Xi veut résoudre rapidement et avec humanité le problème à Hong Kong, il peut le faire", a estimé Donald Trump, avant de proposer que le président chinois aille à la rencontre des manifestants.

"Pékin ne restera pas les bras croisés" si la situation devient "incontrôlable", a cependant averti de son côté jeudi l'ambassadeur de Chine à Londres, Liu Xiaoming. "Je tiens à répéter que Hong Kong fait partie de la Chine. Aucun pays étranger ne doit s'ingérer (...) Nous demandons aux puissances étrangères de respecter la souveraineté chinoise", a-t-il ajouté.

En France, une vingtaine de députés LREM ont publié dimanche dernier une lettre ouverte, dans laquelle ils fustigeaient le silence de la France. "Il ne faut pas attendre qu’il y ait un énorme drame à Hong Kong pour ensuite s’exprimer en regrettant ce qui s’est passé", avait alors estimé l'un d'eux.

Une autonomie menacée

Le mouvement pro-démocratie, qui a vu des millions de personnes descendre dans les rues, est parti début juin du rejet d'un projet de loi hongkongais autorisant les extraditions vers la Chine. Il a depuis considérablement élargi ses revendications pour dénoncer le recul des libertés et les ingérences du régime communiste. De nombreuses manifestations ont lieu depuis deux mois, comme le montrent les images ci-dessous, filmées le 14 août. L'aéroport a notamment été bloqué pendant deux jours.

Hong Kong, ancienne colonie britannique, a été rétrocédé à la Chine en 1997. Le texte qui encadre cette rétrocession stipule que la région bénéficie "d'un haut degré d'autonomie, hormis en matière d'affaires étrangères et de défense", et de son propre système judiciaire, législatif et exécutif.