Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

International

Huit mois après leur arrivée dans l'Indre, deux familles syriennes s'adaptent doucement

vendredi 26 janvier 2018 à 6:06 Par Viviane Le Guen, France Bleu Berry

Deux familles syriennes sont hébergées à Argenton-sur-Creuse et Mosnay (Indre) depuis juin. Toujours épaulées par l'association Accueil du Cœur 36, elles ont déposé des demandes d'asile en espérant obtenir le statut de réfugié.

Une famille est hébergée à Argenton-sur-Creuse
Une famille est hébergée à Argenton-sur-Creuse © Maxppp - B. B�nsch

Argenton-sur-Creuse, France

Tout était prêt, des mois avant leur arrivée. Depuis juin, deux familles syriennes, 10 personnes, sont hébergées dans deux appartements mis à leur disposition par les villes d'Argenton-sur-Creuse et Mosnay (Indre). Des logements meublés grâce à la mobilisation et la générosité de nombreux habitants, associations et collectivités du secteur.

Huit mois après leur arrivée, les deux familles s'adaptent doucement. Tous apprennent le Français et les enfants sont scolarisés. Diana, 17 ans, a déjà rejoint une seconde générale au lycée les Charmilles à Châteauroux : " j'aimerai intégrer une filière scientifique, et devenir ophtalmo." Son frère, 19 ans, espère poursuivre des études et devenir ingénieur en génie civil. 

"Une nouvelle famille"

"Nous avons dû quitter nos familles, mais nous en avons trouvé une nouvelle ici" résume leur père, ému par l'élan de solidarité des habitants et membres de l'association. Accueil du Cœur 36 compte désormais 160 adhérents qui encadrent les familles : transports scolaires, rendez-vous médicaux, cours de langue, procédures administratives etc. Un soutien indispensable. "Certains proposent des activités, les emmènent au foot, à la pêche, au basket" raconte Claude, l'un des bénévoles "ce sont des choses qui n'ont pas de prix, c'est génial." 

"Voir les enfants commencer à bien parler Français c'est une récompense " complète Hassan, bénévole lui aussi "il y a encore du travail, les familles ne sont pas autonomes, mais _le soutien, qu'il soit financier ou non, des adhérents, est très important_. Et on a de la chance car la population est réceptive, même s'il y avait des craintes au départ, aujourd'hui tout se passe bien, les gens interpellent les familles lorsqu'elles font des courses en ville, pour leur demander si elles ont besoin de quelque chose ou autre, et cet élan là fait chaud au cœur."

Les deux familles ont déposé une demande d'asile en espérant obtenir le statut de réfugié. Une première demande a été refusée et l'association a déposé un recours. L'autre famille est toujours dans l'attente d'une réponse. En attendant de pouvoir à nouveau travailler, l'un des deux pères de famille donne un coup de main au Secours Catholique de Mosnay. "Il va toutes les semaines pour aider, il a envie d'être avec les gens, de parler et d'aider les autres" détaille Brigitte, d'Accueil du Cœur 36 "et l'équipe est très contente, il est très bien accepté et fait un gros boulot." 

Contact : Accueil du Cœur 36.