Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
International

Il n'y a plus de banderole favorable à l'autodétermination de la Catalogne sur la façade de la mairie de Figueras

-
Par , France Bleu Roussillon

Le maintien des banderoles partisanes sur les façades des bâtiments publics en Catalogne fait polémique à la veille des élections législatives en Espagne. À Figueras, le maire indépendantiste a cédé à l'ultimatum de conseil électoral espagnol. Il a fait retirer la banderole sur le mur de sa mairie.

La façade de la mairie de Figueras avec une ancienne banderole
La façade de la mairie de Figueras avec une ancienne banderole © Radio France - Sébastien Berriot

Pyrénées-Orientales, France

C'est un nouveau bras de fer judiciaire en Catalogne. Cette fois à propos des rubans jaunes et des banderoles de soutien aux dirigeants indépendantistes emprisonnés qui ont été accrochés ces derniers mois sur les façades de quasiment tous les bâtiments publics en Catalogne.  Alors que des élections générales anticipées sont prévues  fin avril en Espagne, le Conseil électoral estime que ces banderoles nuisent à la neutralité de la campagne. Des ultimatums ont été adressés aux maires pour qu'ils retirent les inscriptions et la municipalité de Figueras  a été l'une des premières à céder.

Le maire indépendantiste a voulu éviter les poursuites judiciaires

Ce mercredi matin, les services techniques de la ville de Figueras sont montés sur le façade de la mairie pour enlever la grande banderole qui avait été installée il y a quelques mois en faveur du droit à l'autodétermination de la Catalogne. C'est le maire indépendantiste qui a pris la décision. Dans une communiqué, Jordi Masquef explique que son choix n'a pas été facile. Mais le conseil électoral espagnol lui avait adressé un ultimatum, avec la menace de poursuites pénales pour désobéissance, et avec le risque d'être déchu. L'inscription a donc  été retirée et placée sur un autre bâtiment appartenant à un propriétaire privé. 

Certains maires catalans refusent de plier

Si le maire de Figueras a préféré la légalité, d'autres élus eux résistent. Le retrait des banderoles et des rubans jaunes est vécu comme un geste de soumission à Madrid, même si officiellement, il s'agit de défendre la neutralité des élections législatives de fin avril. Certains maires dénoncent une entrave à la liberté d'expression et ont déposé des recours contre l'ultimatum du conseil électoral.