International

"Il y a un avant et un après" : ces deux Isérois vivaient à New-York le 11 septembre 2001

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère lundi 11 septembre 2017 à 6:00

Le couple pose devant un album photo de leurs années new-yorkaises.
Le couple pose devant un album photo de leurs années new-yorkaises. © Radio France - Alexandre Berthaud

Béatrice et E.M ont assisté aux attentats en direct depuis New-York le 11 septembre 2001. Ils vivaient à peine à cinq kilomètres du World Trade Center. Seize ans après, ils habitent en Isère, toujours marqués par l'attentat.

E.M. Roméo a passé une grande partie de son enfance à New-York. Pour lui, le 11 septembre 2001 marque un tournant : "Ce n'était plus la même ville". Il a assisté aux attentats, à quelques kilomètres à vol d'oiseau. Sa femme Béatrice était là aussi. Cette image du deuxième avion percutant en direct la tour sud du World Trade Center devant les caméras du monde entier reste gravée dans la mémoire collective, eux l'ont vu de leurs yeux. Le seul fait de s'en souvenir leur rappelle une vive émotion.

"Il y a le feu aux deux tours" - Leur voisin du cinquième étage

Béatrice dormait encore, son mari était au jardin, à Brooklyn, à cinq kilomètres du World Trade Center. Ensemble ils habitent au rez-de-chaussée. Un peu avant neuf heures du matin, son voisin du cinquième descend, "il était très agité, il nous disait de venir voir, il y a avait le feu aux deux tours". Un temps le couple pense à un incendie, puis allume la radio et découvre l'horreur des attaques terroristes. Ils resteront au cinquième étage et assisteront en direct à l'effondrement des tours, "dans un grand silence", se souvient Éric.

"On a vu les tours tomber en direct : il y a un avant et un après"

Tout au long de notre entretien (Béatrice n'a pas souhaité figurer dans la vidéo), E.M. ne sourit pas ou très peu. "C'est très triste, à chaque fois qu'on y repense, voir tous ces gens mourir depuis chez nous, c'était terrible", raconte-t-il. Le couple vivait à moins de cinq kilomètres à vol d'oiseau des deux tours. Ils n'ont d'ailleurs pas souhaité retourner sur les lieux, au mémorial de la catastrophe, préférant laisser cette douloureuse expérience derrière eux.

Vivre avec le souvenir

"La nuit le vent tournait, je me souviens que ça sentait le brûlé, pendant plusieurs mois" - Béatrice

Malgré l'angoisse permanente des premiers mois, "l'odeur de brûlé et les sirènes vingt-quatre heures sur vingt-quatre", Béatrice et E.M. décident de rester. Beaucoup de leurs amis préfèrent fuir ces lieux où ils ont vu l'horreur : "on a perdu beaucoup d'amis qui sont rentrés en Europe cette année-là", regrette Béatrice. Pour E.M., la vie doit continuer : "on ne peut pas laisser une catastrophe dicter notre vie".

En 2009, ils décident malgré tout de retrouver une vie plus paisible, moins proche des musées, des villes, de l'agitation. Ils vivent dans "la maison du bonheur", à Saint-Martin-d'Uriage. Lui est toujours designer, elle donne des cours de mouvement et méditation (elle était artiste à New-York). Ils évitent soigneusement tout reportage sur le 11 septembre, l'évoquent à contrecœur, avec tristesse et gravité.

Sur les hauteurs de Saint-Martin-d'Uriage ils sont maintenant loin de la fureur de la ville. - Radio France
Sur les hauteurs de Saint-Martin-d'Uriage ils sont maintenant loin de la fureur de la ville. © Radio France - Alexandre Berthaud

"On a tous pensé que la vie serait changée. Mais tout revient à la normale finalement : le changement ne change jamais" - Eric

Ils ont gardé des amis à New-York, et là-bas "tout est revenu à la normale", selon eux. Reste la mémoire, ces images, les flammes, l'odeur, toutes les choses qui vous marquent à vie et qui font qu'après seize ans, tout le monde se souvient exactement où il se trouvait, ce qu'il faisait, le 11 septembre 2001.

La chronologie des événements le 11 septembre 2001, en une carte

  • En vert : les aéroports d'où sont partis les quatre vols détournés par 19 terroristes ce jour-là.
  • En rouge, les points d'impacts de ces avions.
  • Les lignes noires définissent leurs trajets approximatifs.
  • Cliquez sur les icônes pour plus d'informations.