Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Il y aura bien un procès, 14 ans après le bombardement de Bouaké !

mardi 8 janvier 2019 à 18:01 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

En novembre 2004, le détachement français de l'opération Licorne en Côte d'Ivoire était bombardé. Bilan 10 morts et une quarantaine de blessés. Les deux pilotes ivoiriens et un pilote biélorusse viennent d'être renvoyés devant les assises. Le procès pourrait avoir lieu courant 2020.

Hommage officiel aux soldats tués en Côte d'Ivoire
Hommage officiel aux soldats tués en Côte d'Ivoire © Maxppp - Grégory BOISSY

Fléac, Charente

Les trois pilotes ont été renvoyés devant la cour d'assises de la Seine, pour assassinat, tentative d'assassinat, et dégradations aggravées. Ce qu'on sait, c'est que ce sont des militaires de l'armée ivoirienne, à bord de deux avions Sukhoï, qui ont tiré. Ils étaient accompagnés de deux co-pilotes biélorusses. Les appareils ont été détruits en partie par l'armée française, quelques minutes après le bombardement. Mais les pilotes se sont enfuis. Au moins un serait mort, et les identités seraient fantaisistes.

Des mandats d'arrêt 10 ans plus tard

Les mandats d'arrêt n'ont été diffusés qu'en 2014, dix ans après la tragédie de Bouaké. En juin 2018, l'instruction avait été close par la juge d'instruction Sabine Khéris, chargée du dossier depuis 2012 (auparavant, c'était le tribunal aux armées qui était saisi). Il ne manquait que cette ordonnance de mise en accusation pour permettre un procès devant la cour d'Assises de la Seine, qui pourrait avoir lieu courant 2020. Parmi les blessés, le Charentais Thierry Jardry, qui vit aujourd'hui à Fléac. A l'époque, il était militaire au RICM de Poitiers. Il souffre toujours de sa blessure à la jambe (son nerf sciatique a été sectionné). C'est au bord des larmes qu'il a appris la nouvelle d'un futur procès.

Thierry Jardry, ancien militaire du RICM de Poitiers, blessé à la jambe lors du bombardement de Bouaké - Radio France
Thierry Jardry, ancien militaire du RICM de Poitiers, blessé à la jambe lors du bombardement de Bouaké © Radio France - Pierre MARSAT

Interview de Thierry Jardry