Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Les migrants de Calais

Immigration : Emmanuel Macron en visite dans le Pas-de-Calais

mardi 16 janvier 2018 à 3:39 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord et France Bleu

En plein débat sur la réforme du droit d’asile et à quelques heures d’un déplacement en Grande-Bretagne pour parler de la frontière après le Brexit, le Président de la République est attendu à Calais ce mardi après-midi. Sa visite commence à Croisilles, en matinée.

Emmanuel Macron passe à la matinée au centre d'orientation des réfugiés de Croisilles, avant d'aller à Calais pour rencontrer les acteurs de la crise migratoire.
Emmanuel Macron passe à la matinée au centre d'orientation des réfugiés de Croisilles, avant d'aller à Calais pour rencontrer les acteurs de la crise migratoire. © Maxppp - Julien Mattia

Calais, France

Emmanuel Macron passe la matinée au Centre d’accueil et d’examen des situations (CAES) pour les migrants, à Croisilles. Au programme du Président de la République, une rencontre avec des bénévoles sur l’apprentissage du français, et des échanges avec des réfugiés accueillis sur place. 

Ensuite, direction Calais, avec ses ministres de l’Intérieur, des Comptes publics et de la Justice, pour un discours, avant un déjeuner avec les forces de sécurité. Emmanuel Macron doit parler de sa réforme du droit d’asile. Un projet qui fait grincer des dents dans l’aile gauche de sa majorité, mais que Natacha Bouchart regarde positivement. La maire Les républicains de Calais reçoit le Président en mairie, avant une rencontre avec les acteurs économiques et une visite du chantier de réaménagement du front de mer. 

A Calais, la situation des migrants s'est nettement dégradée, depuis le démantèlement de la jungle, disent les associations qui vont boycotter la rencontre prévue avec le Président de la République.  - Maxppp
A Calais, la situation des migrants s'est nettement dégradée, depuis le démantèlement de la jungle, disent les associations qui vont boycotter la rencontre prévue avec le Président de la République. © Maxppp - Lucas Barioulet

Puis ce devait être le tour des associations d’aide au migrants, mais elles boycottent le rendez-vous présidentiel. Elles n’attentent rien d'Emmanuel Macron, affirme François Guennoc de l’Auberge des migrants : 

Le seul motif de satisfaction, c'est que cela jette à nouveau un coup de projecteur sur la situation à Calais. Ce qui s'y passe est vraiment épouvantable. C'est pire que du temps de la jungle, puisque avant il y avait quand même une certaine tolérance pour de petits camps, mais aujourd'hui la durée de vie des rares tentes que nous distribuons aux migrants ne dépasse pas deux jours !

Les associations souhaitent la mise en place d’une voie légale d’immigration vers la Grande-Bretagne notamment pour les mineurs isolés et les familles séparées. Elles demandent également la fin des expulsions des migrants qui sont "dublinés", c’est- à-dire qui ont déjà laissé leurs empreintes digitales dans un autre pays européen, et qui ne peuvent donc plus demander l’asile en France.

Par ailleurs, les associations L'Auberge des migrants, Utopia 56 et le Secours catholique ont porté plainte contre X, mais elles visent bien l'Etat, pour la destruction, par des policiers, des bâches et sacs de couchages mis à disposition des migrants. 

Emmanuel Macron en visite à Croisilles et à Calais dans le Pas-de-Calais - Radio France
Emmanuel Macron en visite à Croisilles et à Calais dans le Pas-de-Calais © Radio France - Eric Turpin