Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Impasse politique en Catalogne

lundi 28 décembre 2015 à 15:36 Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon

Trois mois après les élections au parlement catalan, il n'y a toujours pas de gouvernement à Barcelone, faute d'accord autour de l'investiture du président sortant Artur Mas. Si rien ne bouge d'ici au 9 janvier, il faudra organiser un nouveau scrutin.

© Maxppp

À Barcelone, un homme pose problème. Artur Mas, le président sortant de la Generalitat de Catalogne, ne fait pas l'unanimité chez les indépendantistes, pourtant majoritaires au sein du Parlement catalan élu le 27 septembre dernier.

Car dans l'hémicycle, il y a deux sortes d'indépendantistes : ceux de droite, et de gauche. Et au sein de la CUP, la gauche anticapitaliste, on veut bien rompre avec l'Espagne, mais pas avec n'importe qui. La moitié des militants reproche à Artur Mas, le conservateur, sa politique d'austérité, et les scandales de corruption qui éclaboussent son parti, la CDC.

Ce dimanche, après trois tours de scrutin, l'assemblée générale de la CUP s'est terminée sans décision. Avec une égalité parfaite entre les opposants à Artur Mas, et ceux prêts à la soutenir. La moitié des militants, avec 1 515 voix, a voté pour laisser le président sortant former le prochain gouvernement. L'autre moitié a rejeté cette option par 1 515 voix également.

Depuis les élections de septembre, les indépendantistes de droite ont tout tenté pour séduire la CUP : avec pour promesse un plan de 270 millions d'euros d'aides sociales, notamment pour limiter les expulsions de logements, ou encore l'arrêt de certaines privatisations.

C'est désormais le bureau politique de la CUP qui doit trancher le 2 janvier sur le sort d'Artur Mas. À moins qu'il y ait une autre solution : un autre candidat à la présidence, pour mettre tous les indépendantistes d'accord.