Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Impressionnant dispositif pour préparer le G7 à Biarritz

jeudi 19 juillet 2018 à 22:22 Par Thibault Vincent, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne et France Bleu Pays Basque

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques a réuni ce jeudi 19 juillet le premier comité de pilotage du G7, qui se tiendra les 25, 26 et 27 août 2019 à Biarritz. Sécurité, secours, circulation, information... l'enjeu est de taille pour le plus grand évènement jamais organisé sur la côte basque.

La première réunion du comité de pilotage pour l'organisation du G7 2019 à Biarritz s'est tenue dans une salle du casino sous la direction du préfet
La première réunion du comité de pilotage pour l'organisation du G7 2019 à Biarritz s'est tenue dans une salle du casino sous la direction du préfet © Radio France - Thibault Vincent

Biarritz, France

Sous l'égide du préfet des Pyrénées-Atlantiques, près de 70 membres des forces de l'ordre, de secours, l'ensemble des services de l'Etat, mais aussi les collectivités locales ou encore les différents opérateurs des transports et de l'énergie ont participé ce jeudi 19 juillet, dans une salle du casino municipal de Biarritz, au premier comité de pilotage de la préparation du G7 (25 au 27 août 2019).

Près de 15.000 membres des forces de l'ordre

"La page est blanche ! Tout est à écrire" a lancé en préambule Gilbert Payet. Pendant 13 mois, tous vont devoir réfléchir, échanger et arrêter, au sein de groupes de travail, les moindres détails de ce sommet réunissant les 7 plus grandes puissances économiques mondiales (excepté la Chine et la Russie).

L'enjeu est de taille, notamment en matière de sécurité, pour recevoir les Chefs d'Etat des Etats-Unis, du Japon, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, du Canada, de l'Italie, et bien sûr de la France. Le risque, terroriste mais aussi de manifestations violentes, est maximal. Pas moins de 10 à 15.000 membres des forces de l'ordre, armée comprise, seront mobilisés.

Zone rouge autour du Casino

Sur place, à Biarritz, des zones de sécurité vont devoir être définies. Une zone rouge, ultra sécurisée (terre, mer et air), quasiment "bunkerisée", sera mise en place autour du centre névralgique du G7, du côté du casino municipal et de l'hôtel du Palais où devraient être hébergés les chefs d'Etat.

Une autre zône sera délimitée aux abords. Il sera possible, entre autres pour les Biarrots, d'y circuler à condition d'être dûment accrédité, badgé et moyennant des contrôles que l'on peut imaginer drastiques.

Circulation, transports et activités impactés

Autre défi : héberger les imposantes délégations des 7 pays membres, plusieurs milliers de personnes, et les 2 à 3.000 journalistes du monde entier attendus pour ce sommet à Biarritz.

Toutes ces mesures de sécurité et d'accueil auront forcément un impact sur la circulation dans l'agglomération bayonnaise, et sans doute au-delà. Impact également sur les transports, notamment les gares et les 3 aéroports les plus proches (Biarritz Pays Basque, Pau, Fontarrabie). Impact encore sur les activités touristiques et de loisirs de la cité biarrote.

"Faire en sorte que la vie se poursuive"

Pour le préfet, le soucis est de faire accepter ces contraintes par la population locale et de concilier "ces impératifs de sécurité importants et faire en sorte que la vie puisse se poursuive." Les groupes de travail qui vont se réunir au moins une fois par mois, devront donc trouver "ce délicat équilibre".

Treize mois pour résoudre l'équation, c'est confortable, "mais il y a des exercices, des simulations à faire et c'est pour cela qu'il faut se préparer suffisamment à l'avance", prévient Gilbert Payet qui met également en garde les opérateurs : ce temps important de préparation "impose une obligation absolue de réussite".