Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un "enfer irrespirable", des paysages "apocalyptiques" : des Français racontent les incendies en Australie

-
Par , France Bleu

Les gigantesques incendies qui ravagent l'Australie ne sont toujours pas maîtrisés, et une nouvelle vague de chaleur s'apprête à toucher le pays. Plusieurs Français installés en Australie témoignent du désastre auquel ils assistent et de la difficulté à vivre dans une atmosphère saturée de fumée.

Les incendies ravagent plusieurs régions de l'Australie depuis le mois de septembre.
Les incendies ravagent plusieurs régions de l'Australie depuis le mois de septembre. © AFP - AUSTRALIAN DEPARTMENT OF DEFENCE

Alors que les pompiers redoublent d'effort avant la prochaine vague de chaleur, les gigantesques feux de forêt qui ravagent l'Australie ne sont toujours pas maîtrisés. Des dizaines de feux échappent toujours à tout contrôle dans l'est de l'immense île, et menacent de prendre encore plus d'ampleur. Les incendies ont causé la mort de 25 personnes depuis septembre. Plus de 1.800 maisons ont été réduites en cendres, comme 80.000 km2 de terrain, une superficie équivalente à l'île d'Irlande. Plusieurs Français installés sur l'île témoignent.

"Un enfer irrespirable" 

"L'air est irrespirable", raconte Cindy, une esthéticienne poitevine installée depuis plusieurs années à Sydney. Il y a des millions d'hectares qui ont déjà brûlé, la moindre sortie à l'extérieur vous donne mal à la tête". Alors que le Premier ministre australien est très critiqué pour son manque d'action face à ces incendies et son scepticisme sur le réchauffement climatique, la Poitevine se dit stupéfaite par "l'indifférence d'une partie de la population australienne" face à ces incendies gigantesques.

On respire l'équivalent de 35 cigarettes par jour - Deborah, originaire de la Mayenne 

Déborah, originaire de la Mayenne, est assistante médicale et vit dans la région de Sydney. Elle est située à environ 30 km des incendies. "On respire beaucoup de fumée, je crois que c'est l'équivalent de 35 cigarettes par jour. C'est très toxique. C'est de pire en pire", se désole-t-elle.

"L'odeur est intenable, c'est difficile de respirer"

"On est juste très entourées de fumées toxiques, confirme Fanny, une professeure de français originaire de Lorraine qui habite Melbourne. C'est comme s'il y avait un épais brouillard. L'odeur est intenable, c'est difficile de respirer. Les gens commencent à porter des masques et il est conseillé de rester à l'intérieur."

Fanny confie aussi sa tristesse : "C'est dramatique, ça donne l'impression d'une apocalypse, c'est très triste. J'ai une amie qui vient de perdre sa maison", ajoute-t-elle. "Quelqu'un de sa famille a également perdu une amie dans les incendies. On est tous touchés, c'est terrible."

C'est comme habiter dans une cheminée - Valérie, originaire du Gard 

Valérie, originaire de Bagnols-sur-Cèze, habite également à Sydney. Cette prof de français habite à deux ou trois heures de distance des feux. Et pourtant, elle est parfois atteinte par la fumée. "La semaine dernière par exemple, on ne voyait pas à 50 mètres. C'est comme habiter dans une cheminée. Moi, je suis restée deux jours dans mon appartement, les fenêtres fermées pour éviter d'avoir cette fumée", raconte-t-elle.

"Un paysage apocalyptique" 

Julien et Sarah, deux Niçois, viennent de passer un mois en Australie, leur voyage de noces. Au cours de leur voyage, ils ont vu les incendies ravager plusieurs régions du pays. "Nous avons vu des forêts brûlées, des arbres morts au bord de la route, un paysage apocalyptique," racontent-ils. "On a même senti des fumées dans la chambre d'hôtel, il y avait de la cendre sur la voiture. On devait aller séjourner dans des cabanes au milieu des arbres dans la région des Montagnes bleues, mais tout a brûlé aux alentours."

"Des proportions qu'on n'aurait jamais imaginées"

Julien, de Nice, raconte aussi qu'il a vu des pompiers qui "semblaient impuissants. Les arbres sont tellement hauts, ils font une vingtaine de mètres de hauteur et la forêt s'étend à perte de vue. Ils se concentrent sur le sauvetage des populations."

"J'en suis à ma troisième grosse saison de feu. Là, ça a pris des proportions qu'on n'aurait jamais imaginées" confirme Chris, une Gardoise qui habite dans la banlieue de Sydney depuis 18 ans. "Les flammes font entre 30 et 40 mètres de haut et le 1er janvier, nous avons eu des vents entre 90 et 100 km/h." Depuis que les premiers incendies se sont déclarés en septembre, son mari, pompier volontaire a été mobilisé plusieurs fois pour mettre en sécurité des habitations.

Les Australiens qui vivent en France très touchés 

Pour Zack Holmes, demi d'ouverture australien au Stade Toulousain, "c'est horrible et c'est difficile de voir les images" des incendies qui ravagent son pays, où vivent toujours ses proches. Le rugbyman souffre à distance pour les siens : "On se demande combien de temps ça va durer. En tant qu'Australien, c'est vraiment difficile de voir tout ça, et surtout quand on est loin de chez soi, de savoir que tous ces gens souffrent des incendies mais j'espère qu'avec l'aide du gouvernement et des autres pays, ça va aller", raconte-t-il. 

La solidarité, de l'Australie à la France 

Jules, lui, est originaire de Nîmes. Dans le café où il travaille à Perth, les incendies sont le principal sujet de conversation. Mais la solidarité s'organise, avec de nombreux appels aux dons pour aider ceux qui ont tout perdu. "Sur les réseaux sociaux, tous les gens partagent. Nous, au café, on a un gros bocal en verre pour que tous les clients donnent. L'argent servira à reconstruire. "

Une cagnotte et une marche pour "la plus australienne des villes françaises"

Les habitants de Villers-Bretonneux, dans la Somme, souhaitent organiser une marche le 2 février et réunir des fonds pour aider les victimes des incendies. Cette ville de 4.000 habitants a été défendue par les soldats australiens pendant la Première Guerre mondiale au prix de milliers de morts. Les cérémonies de l'Anzac Day font venir des centaines d'Australiens chaque année. "On les accueille chaque année, chez moi j'ai eu des musiciennes de chorale, ou des jeunes d'équipes de football", explique Mélisa, une habitante de la ville picarde.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu