Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Après deux mois de grève de la faim en Indonésie, Mathias Echène est dans un "état critique" alertent ses avocats

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Ces derniers jours, la santé de Mathias Echène est devenue critique, alertent ses proches et ses avocats. Cet Aveyronnais, détenu en Indonésie, a entamé une grève de la faim il y a soixante jours.

Une dizaine de personnes ont manifesté devant le ministère des Affaires Etrangères vendredi 31 mai
Une dizaine de personnes ont manifesté devant le ministère des Affaires Etrangères vendredi 31 mai - Yoan Schnee

Aveyron, France

Deux mois sans manger. C'est le combat de Mathias Echène qui réclame sa libération, détenu, selon lui et ses proches, "arbitrairement" à Bali, en Indonésie. Depuis quelques jours, son état de santé est devenu très préoccupant.

18 kg en moins

Pour pousser le ministère des Affaires étrangères à agir, une dizaine de proches de l'homme d'affaires détenu à l'autre bout du monde ont défilé sous les fenêtres du Quai d'Orsay. Les jours de Mathias Echène sont comptés d'après son avocate, Clémence Witt : "Depuis le début du mois de mai c'est extrêmement difficile, mais cette semaine, il est passé sous la barre des -18 kg, il a commencé à ne plus pouvoir marcher, à presque ne plus pouvoir parler, à avoir énormément de nausées, de douleurs au cœur. On est extrêmement inquiet en ce qui concerne sa survie depuis quelques jours."

"On a tout respecté et malgré tout il ne se passe rien!"

La famille du prisonnier ne comprend pas pourquoi rien n'est fait pour le rapatrier en France et le soigner. "C'est maintenant que la colère arrive, explique l'une des sœurs de Mathias Echène, Éléonore. Avec ma sœur, on a tout respecté, on a attendu, laissé faire le Quai d'Orsay, le droit international et nos avocats. Et malgré tout, il ne se passe rien. J'ai envie de dire Monsieur le Président de la République, allez vous laisser mourir ce ressortissant français qui est victime d'un déni de justice ?"

"Il faut tout faire pour sauvegarder l’intégralité physique de nos ressortissants", insiste Stéphane Mazars, député (LREM) de la première circonscription de l'Aveyron. L'homme connait bien Mathias Echène. Il lui a rendu visite en février à Bali. "Il y a des pays souverains, qui ont leur propre système judiciaire, sur lesquels il est très difficile de poser des jugements ou de s’immiscer. Mais ce que je demande à mon gouvernement, que je soutiens, est de faire tout ce qu'il est en son possible pour agir."

Le Quai d'Orsay se dit "très attentif"

Consulté, le ministère des Affaires étrangères a répondu qu'il était "très attentif à la situation de M. Mathias Echène." La source diplomatique assure que "des visites consulaires lui sont très régulièrement rendues" et que tout est fait  "auprès des autorités indonésiennes pour que notre compatriote puisse accéder à des soins adaptés, compte tenu de la dégradation de son état de santé."

Une pétition a été lancée par ses proches au début du mois de mai.