Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Brexit

Insultée, menacée : le Brexit vu par une Alsacienne installée en Grande-Bretagne

jeudi 11 avril 2019 à 18:23 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Malika Steed habite l'Angleterre depuis 2003. Aujourd'hui, à cause du Brexit et de l'ambiance dans le pays, comme beaucoup de ressortissants européens, elle réfléchir à partir. Visée par des insultes racistes, cette Alsacienne nous raconte son Brexit.

Malika Steed (2e en partant de la gauche) manifestent à Londres pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.
Malika Steed (2e en partant de la gauche) manifestent à Londres pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne. - Document remis (Malika Steed)

Strasbourg, France

Alors que les négociations sur le Brexit se poursuivent, les ressortissants européens qui vivent en Grande-Bretagne avouent pour certains vivre un moment compliqué dans leur pays d'accueil. 

C'est le cas de Malika Steed, cette Alsacienne vit en Grande-Bretagne depuis 16 ans. Cette enseignante habite à Norwich, dans le comté de Norfolk, au nord-est de Londres. Avec l'arrivée du Brexit, elle a vu son quotidien changer. "Le fait de parler une langue étrangère, en l'occurrence le Français pour moi, nous soumet à des agressions verbales et physiques". 

Menacée par ses voisins

Malika, elle, a été insultée, menacée par ses voisins, traitée d'étrangère. Malika Steed s'est avant tout sentie trahie. "_C'était facile pour les politiciens de donner un boulevard à ces idées là_, de dire aux Anglais que s'il y a des problèmes d'emploi, de services publics, de coupes dans les aides sociales, c'est à cause d'eux, les mauvais européens qui vous ont tout pris".

"Du jour au lendemain, on a décidé de nous traiter comme des citoyens de seconde classe", insiste cette Alsacienne qui a fait ses études de droit à Strasbourg et qui est partie en Grande-Bretagne en 2003 pour rejoindre son mari anglais. Aujourd'hui, elle a de nombreux amis qui sont repartis, "beaucoup de citoyens européens s'en vont, les médecins, les profs, les ingénieurs, les entrepreneurs". 

Un passeport britannique

Malika Steed aussi a envisagé de quitter l'Angleterre. "Je pense encore la question". Mais elle veut garder espoir. "Le seule chose qui me plairait, c'est que le Royaume-Uni arrête, se rende compte que le Brexit est une mauvaise idée, qu'il ne faut pas sortir de l'Union européenne".

Pour protéger ses droits, comme beaucoup d'Européens qui vivent en Grande-Bretagne, Malika Steed a demandé sa naturalisation. A 44 ans, cette Alsacienne européenne convaincue possède désormais son passeport britannique.

Malika Steed - Aucun(e)
Malika Steed - Document remis - Malika Steed